- PUBLICITÉ -
Une marche aux flambeaux pour sauver l’église de Saint-Eustache!

(Photo Pierre Latour) - Sur le rythme d’un tambour, près de 150 personnes de tout âge ont participé à la marche aux flambeaux pour la sauvegarde de l’église de Saint-Eustache.

Une marche aux flambeaux pour sauver l’église de Saint-Eustache!

Appui à la sauvegarde du bâtiment historique

Près de 150 personnes ont participé à la marche aux flambeaux organisée par l'équipe des Jeunes Patriotes du Québec et du comité de mobilisation de la section Jean-Olivier-Chénier de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal mis sur pied pour la sauvegarde de l’église de Saint-Eustache.

Suivant le rythme d’un tambour, les participants de tout âge, venus autant de Montréal, de Québec, de Lanaudière que des Laurentides, ont amorcé le trajet, le 11 avril dernier, pour manifester leur appui à la sauvegarde du bâtiment historique.

La tenue de l’évènement le Samedi saint n’a pas empêché les marcheurs de s’y rendre. Réunis en face de l’église eustachoise, ils se sont dirigés vers le cimetière pour rendre hommage au patriote Chénier devant son monument pour ensuite revenir par les rues Saint-Denis, Saint-Louis et Saint-Eustache.

Au point culminant, le Centre d’art La petite église, un spectacle populaire mettant en vedette quelques formations musicales s’est tenu en soirée. Plus de 100 billets ont été vendus. Les profits serviront à l’organisation d’autres activités pour la promotion de l’église.

Ne pas oublier

Selon le porte-parole des Jeunes Patriotes du Québec, François Gendron, peu de marches comme celle-là ont été organisées pour sauver un bâtiment historique. «Dans le contexte nord-américain, nous ne pouvons pas renier notre passé. Nous avons un devoir de protéger ce que nos grands-pères ont bâti», estime-t-il.
«Ce n’est pas parce que nous sommes devenus laïcs qu’on est obligé de détruire nos monuments historiques», fait remarquer Patrick Leclerc, du comité de mobilisation.

M. Gendron fait savoir que l’objectif de cet évènement est d’attirer l’attention sur le fait que l’église est en difficulté. «Nous ne voulons pas que la population oublie. Nous ne pensons pas toutefois avoir le pouvoir de changer les choses», indique-t-il.

L’église de Saint-Eustache a besoin de rénovations majeures urgentes totalisant un investissement d’au moins 500 000 $. Malgré la subvention provinciale pour le monument historique, pouvant aller jusqu’à 70 % de la somme, la paroisse n’a pas les reins assez solides pour payer les 30 % restants.

Le député de Deux-Montagnes, Benoit Charette, a rappelé qu’une des solutions avancées est de céder la bâtisse à un propriétaire. «L’inquiétude est là. […] L’église a été le théâtre de la bataille des Patriotes et de la mort de Jean-Olivier Chénier. C’est réconfortant de voir autant de gens ici», reconnaît-il.

M. Charette a assuré que la population n’assisterait pas à la «fermeture» de l’église pendant son présent mandat. «La prochaine étape est d’établir le bilan de santé de l’église, fait-il savoir. Quel est le véritable problème? Nous voulons être plus à même de trouver une solution. Il faut consolider le budget annuel de la paroisse. L’église est un lieu de rassemblement bien que la pratique religieuse ait diminué. C’est un patrimoine qu’il faut préserver.»

Aucun membre du conseil municipal de Saint-Eustache n’a été vu sur les lieux de même que des gens de la paroisse.
À la messe de Pâques, le lendemain, la coordonnatrice de la paroisse, Nycole Pepper, a fait savoir qu’elle avait «bon espoir de conserver le caractère de culte de l’église tout en y ajoutant un volet culturel pour mettre en valeur son côté historique et patrimonial.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top