- PUBLICITÉ -
Une exposition photographique sur l’itinérance

LA CONCORDE, 40e année, no 50 MERCREDI 16 septembre 2009 - 44 pages

Une exposition photographique sur l’itinérance

Les contes de la rue

Les murs du Centre d’art La petite église de Saint-Eustache seront, jusqu’à la fin du mois de septembre, ornés d’une exposition photographique tout à fait particulière, car elle dépeint la réalité de la détresse humaine par le biais de l’itinérance ou l’errance des individus. Cette exposition à voir absolument s’intitule Les contes de la rue.

Il s’agit d’une idée originale de Marie-Claude Renaud, qui à titre de directrice du regroupement ACJ (Accueil communautaire jeunesse des Basses-Laurentides), côtoie depuis une vingtaine d’années, jeunes et adultes en détresse. Elle a développé le concept de l’exposition en collaboration avec Hellen Lapointe, une intervenante à l’ACJ, mais aussi une passionnée de la photographie.

Ainsi, 17 tableaux sont exposés en permanence pendant tout le mois de septembre. Les participants aux différents spectacles ou autres activités offertes par le Centre d’art pourront contempler les œuvres. De plus, un diaporama électronique en continu de 430 photos sera présenté le dimanche 20 septembre, de 10 h à 17 h, ainsi que le samedi 26 septembre, de 14 h à 17 h, dans le cadre du Festival de la galette et des saveurs du terroir, et des Journées de la culture. L’exposition est également complétée par des textes rédigés par les usagers de l’ACJ ayant suivi un atelier d’écriture. Des textes profonds inspirés par les photos et la réalité de l’itinérance.

L’objectif premier de Marie-Claude Renaud, c’est que cette exposition sensibilise la population au phénomène de détresse humaine que représente l’itinérance. «Les contes de la rue, a-t-elle mentionné, permettra de poser un regard nouveau et sans jugement sur la situation des personnes itinérantes, de briser l’indifférence et d’être touché par ce qu’elles ressentent.»

La photographe Hellen Lapointe a pris le temps nécessaire pour atteindre son but.
«C’est un travail échelonné sur un an avec des personnes qui fréquentent nos services. Je connaissais les personnes et un climat de confiance était déjà installé. J’allais prendre des photos en les accompagnant à des endroits qui les ont marqués afin de traduire leur quotidien.»

Si Hellen Lapointe n’est pas une professionnelle de l’art de la photographie, ses œuvres sont soigneusement exceptionnelles. Que dire de celui dont la maison est une simple embarcation sur la rivière ou encore de celui qui fait son lit sous le pont tous les matins. Pas besoin d’être itinérant pour reconnaître plusieurs endroits hétéroclites de Saint-Eustache. Sur l’une des photos exposées, on peut lire l’inscription suivante sur une poutrelle d’acier sous un pont eustachois: J’emmerde la société et elle me le rend bien.

Rappelons que l’ACJ (Accueil communautaire jeunesse des Basses-Laurentides) œuvre auprès des jeunes en difficulté et regroupe quatre maisons communautaires jeunesse. Parmi les ressources, le Répit ouvre également ses portes pour les adultes en détresse. De plus, le Centre de jour, une ressource alternative de dépannage d’un jour, reçoit les jeunes ainsi que les adultes entre 9 h 30 et 15 h depuis près de deux ans. Ces deux ressources sont vouées aux personnes en situation d’itinérance ou à risque de le devenir.

Pour des informations supplémentaires concernant les ressources de l’ACJ, on peut consulter le site Internet à l’adresse: www.acjbl.org.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top