- PUBLICITÉ -
Un mois infernal dans les salles d’urgence

(Photo Yves Déry)

Un mois infernal dans les salles d’urgence

Janvier

Le mois de janvier est reconnu pour être un mois infernal dans les salles d’urgence des hôpitaux du Québec. Une large proportion des personnes aux prises avec les nombreux cas de grippe et de gastroentérite ont, en effet, le réflexe de s’y rendre immédiatement, et l’Hôpital de Saint-Eustache affiche déjà l’un des plus hauts taux d’occupation dans les environs de Montréal. Les récentes annonces ministérielles permettent d’être confiant que la situation puisse s’améliorer en 2011.

 

Dès la deuxième semaine du premier mois de cette année, son taux d’occupation dépassait le cap des 300 %, c’est trois fois plus que la capacité à desservir la population des Basses-Laurentides. «Notre taux d’occupation maximal est de 23 civières autorisées. Nous avons eu jusqu’à 70 personnes couchées sur nos civières», nous relate Lyne Des Trois Maisons, directrice des communications du CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes.

Dans les faits, l’affluence observée représentait une augmentation moyenne jusqu’à 100 visites par jour dans l’ensemble des urgences de la région des Laurentides, sans compter le nombre d’arrivées en ambulance qui avait augmenté d’environ 20 %.

En date du 26 janvier, la situation s’est légèrement améliorée, si ce n’est que le nombre de patients alités sur les civières est passé à 57, pour un taux d’occupation de 248 %. À titre comparatif pour le même jour, le taux d’occupation pour l’Hôpital de Saint-Jérôme est de 115 % pour les 39 civières autorisées à l’urgence.

Le développement constant de la croissance de la population et son vieillissement exercent une forte pression sur les salles d’urgence de la région. «Tout dépend du nombre de personnes qui s’y présentent. À Saint-Eustache, le centre hospitalier doit desservir un bassin de plus de 150 000 personnes», a ajouté la directrice des communications.

«D’ici deux mois, renchérit la porte-parole, la salle d’urgence pourra compter sur un ajout de neuf civières, et ce, tel qu’annoncé par le ministre de la Santé et des Services sociaux, le docteur Yves Bolduc.» Au cours de la même annonce faite quelques jours avant la récente fête de Noël, le ministre a aussi indiqué qu’une unité de décision clinique de douze lits sera mise en place à proximité de l’urgence. Cette unité permettra d’accueillir ailleurs qu’à l’urgence des patients devant être hospitalisés pour une évaluation rapide de leur condition médicale, ou pour un traitement de courte durée. De plus, 30 nouveaux lits seront ajoutés à l’automne 2011 pour permettre un total de lits disponibles à 261.

En attendant, pour que le personnel de l’urgence puisse recevoir les patients victimes d’accident ou d’un malaise mettant leur vie en danger, la principale recommandation des autorités médicales demeure: «Avant de penser d’aller à l’urgence, indique Lyne Des Trois Maisons, il faut d’abord appeler la ligne Info-Santé en composant le 8-1-1, et décrire les premiers symptômes. Ce sont des infirmières professionnelles qui répondent. Elles fournissent de l’information et des conseils et orientent vers les ressources les plus appropriées.»

Il existe aussi un site Web intéressant à consulter. Ainsi, à l’adresse [www.guidesante.gouv.qc.ca], vous y trouverez une longue liste de problèmes de santé avec mise en contexte, les motifs justifiant une consultation et des conseils pratiques.

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top