- PUBLICITÉ -
Un défi qui pourrait changer la vie de 180 jeunes d’ici

Photo Benoît Bilodeau – Un moment important pour les jeunes qui participeront au défi «Toucher le sommet»: cueillir leurs espadrilles.

Photo Benoît Bilodeau – Une haie d’honneur a accueilli les jeunes venus chercher leurs espadrilles, lors du lancement officiel de la cinquième édition du défi «Toucher le sommet».
Photo Benoît Bilodeau – Pour l’homme d’affaire Francis Charron, «gravir une montagne, ce n’est pas une simple promenade, c’est difficile. Comme la vie».

Un défi qui pourrait changer la vie de 180 jeunes d’ici

Une cinquième édition de «Toucher le sommet»

Pour une cinquième année de suite, des jeunes âgés de 12 à 24 ans, issus de centres de formation, d’écoles, de maisons de jeunes et d’autres milieux du territoire de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI), seront invités à relever un défi qui leur permettra de vivre l’expérience de la persévérance: monter au sommet d’une montagne.

L’événement, ou plutôt le défi «Toucher le sommet» , initié par l’organisme Persévérons ensemble, se déroulera le samedi 26 mai prochain, sur une durée d’environ huit heures et l’objectif ultime pour les 180 jeunes faisant partie prenante de l’aventure cette année sera alors de procéder à l’ascension d’une montagne dans le Parc d’environnement naturel de Sutton.

Distribution des espadrilles

Cette journée sera surtout le couronnement de 10 semaines de préparation physique et psychologique pour ces jeunes à risque de décrocher du système scolaire, avec les risques et les conséquences que cela pourrait entraîner. Une étape importante a été franchie quand ceux-ci ont reçu officiellement, le mardi 20 mars dernier, leurs espadrilles dans le cadre du lancement officiel de la cinquième édition du défi «Toucher le sommet» .

Réunis à l’auditorium de la polyvalente Deux-Montagnes, les jeunes sont ainsi montés sur scène, groupe par groupe, pour aller cueillir leurs paires de souliers, offertes en collaboration par Sports Experts. Tous ont été accueillis et encouragés par une haie d’honneur constituée d’organisateurs, d’élus municipaux, partenaires et entrepreneurs associés à la démarche. Ces derniers ont plus précisément accepté, par l’entremise du volet «teambuilding» , d’accompagner un groupe moyennant une contribution qui permettra de financer d’autres initiatives de persévérance scolaire et sociale sur le territoire de la CSSMI. On vise à amasser 40 000 $ avec ce volet.

Un défi qui ne s’explique pas, mais qui se vit

«Je le dis souvent, et je vais le répéter: le défi «Toucher le sommet» , ça ne s’explique pas, ça se vit. Gravir une montagne, ce n’est pas une simple promenade, c’est difficile. Comme la vie. On passe à travers une gamme d’émotions tout au long de la journée. Cela a des retombées positives, comme l’a montré une étude de chercheurs universitaires. Les résultats sont éloquents: la montagne change la vie de plein de personnes» , a raconté l’homme d’affaires Francis Charron, président de Bâtimo et vice-président et chef de la direction d’EMD Construction, l’un de ceux qui a jeté les bases de l’organisme Persévérons ensemble, au début des années 2010.

Annabelle, qui a justement déjà pris part au défi, a d’ailleurs tenu à partager son expérience, elle qui y prendra part cette année pour une troisième année de suite, cette fois à titre d’ambassadrice.

«Cela m’a appris à continuer et à ne jamais lâcher, même si c’est difficile, de me faire confiance, bref à ne jamais abandonner, à persévérer, peu importe les défis qui sont devant moi. J’ai rencontré des personnes qui, pour moi, m’ont sauvé la vie, qui m’ont encouragée et qui ne m’ont jamais lâchée. De plus, il y a quelque chose de nouveau pour moi. Le 4 avril, ça va faire un an que j’ai décidé de changer ma vie, un an que je suis sobre. Je me suis dit, si je suis capable de monter le sommet, pourquoi je ne serais pas capable de monter cette montagne que j’évite depuis trop longtemps? J’ai réussi grâce à mon courage et l’aide des personnes qui ont participé au défi» , a raconté avec émotion la jeune femme, sous une pluie d’applaudissements.

Une nouvelle cellule de 120 jeunes

Une expérience donc qui peut changer une vie, et qui sera même vécue, pour la toute première fois, par une nouvelle cellule qui vient de voir le jour sur le territoire de la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord. En tout, 120 autres jeunes auront le défi, eux, de gravir le Mont-Tremblant, également le samedi 26 mai prochain.

Le concept du défi «Toucher le sommet» pourrait même se vivre dans la région de Lanaudière l’an prochain, puisque des discussions avec la Commission scolaire des Samares sont en cours en ce moment, pour y créer une autre cellule.

Pour en savoir davantage sur le défi «Toucher le sommet» , il suffit de consulter le [http://perseveronsensemble.com].

Photo Benoît Bilodeau – Un moment important pour les jeunes qui participeront au défi «Toucher le sommet»: cueillir leurs espadrilles.

 

Légende # BB toucher le sommet lancement 2018-02.JPG

 

Photo Benoît Bilodeau – Une haie d’honneur a accueilli les jeunes venus chercher leurs espadrilles, lors du lancement officiel de la cinquième édition du défi «Toucher le sommet».

 

Légende # BB toucher le sommet lancement 2018-01.JPG

 

Photo Benoît Bilodeau – Pour l’homme d’affaire Francis Charron, «gravir une montagne, ce n’est pas une simple promenade, c’est difficile. Comme la vie».

 

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

Portes ouvertes

- PUBLICITÉ -
Top