- PUBLICITÉ -
Un arbre et un congé férié pour l’action communautaire

LA CONCORDE 41e année, no 4 MERCREDI 28 octobre 2009 - 52 pages.

Un arbre et un congé férié pour l’action communautaire

Semaine de visibilité de l’action communautaire autonome

Une quinzaine d’organismes communautaires de la MRC de Deux-Montagnes se sont mobilisés pour souligner la Semaine de visibilité de l’action communautaire autonome en plantant un arbre, symbole d’enracinement et de développement.

Le sorbier, choisi par La Mouvance, Centre de femmes, et planté devant ses locaux, s’inscrit dans un geste national. Selon la présidente du Collectif communautaire de Deux-Montagnes, Marie-Claude Renaud, l’arbre veut évoquer l’enracinement des organismes dans la communauté. «C’est la communauté, par les organismes, qui identifie les besoins et le soutien à mettre en place», souligne-t-elle.

Mme Renaud a rappelé que la mission du Collectif consiste à promouvoir l’action communautaire autonome et, très souvent, d’incarner le pont qui relie les organismes aux instances politiques.

Cette semaine de sensibilisation, qui se déroulait du 19 au 23 octobre derniers, était l’occasion pour les organismes de rappeler leur importance au sein de la collectivité. «Pour qu’un arbre grandisse, il lui faut un sol fertile pour qu’il développe des racines et fasse grandir ses valeurs et ses réalisations. Ce sol fertile, les organismes communautaires de la MRC de Deux-Montagnes l’ont trouvé dans toutes les personnes qui s’impliquent jour après jour, avec cœur et courage, de façon démocratique et volontaire, à titre de participants, membres, bénévoles ou personnes salariées», indiquait-on dans le communiqué remis.

Le tronc de l’arbre représente l’identité tandis que les branches et feuilles incarnent la diversité des organismes.

Le député de Deux-Montagnes, Benoit Charette, a révélé qu’il avait rencontré, la semaine précédant l’évènement, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, pour lui faire reconnaître l’iniquité financière des organismes dans la région. «On priorise l’action curative. Je le comprends, mais c’est le milieu communautaire qui écope. Il n’est pas suffisamment reconnu et financé», a soutenu celui pour qui son engagement communautaire l’a motivé à poursuivre cet engagement par la politique.

Par ailleurs, le Collectif indique que «l’impact de la crise économique se fait sentir, les organismes voyant le nombre de personnes dans le besoin augmenté sans que le gouvernement ne consacre les ressources nécessaires».
«En 2009, c’est plus de neuf millions (de dollars) supplémentaires dont nous aurions besoin, juste au chapitre des salaires, pour que les organismes puissent offrir aux personnes à leur emploi des conditions de travail semblables aux autres secteurs d’emplois québécois», affirme Linda Déry, coordonnatrice du Regroupement des organismes communautaires des Laurentides.

Le Regroupement a donc convenu de mettre en place un nouveau congé férié payé, qui sera le 24 octobre, Journée régionale des travailleuses et travailleurs du communautaire. «Voilà une façon concrète de souligner l’apport et le dévouement des personnes travaillant dans les organismes et de compenser un peu le manque à gagner», indique Mme Déry.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top