- PUBLICITÉ -
Sandrine Contant-Joannin a réalisé un projet d’impact majeur

(Photo Michel Chartrand) - Sandrine Contant-Joannin explique son projet Folitude aux élèves de l’École secondaire d’Oka pour faire faire tomber les préjugés sur la maladie mentale.

Sandrine Contant-Joannin a réalisé un projet d’impact majeur

À l’École secondaire d’Oka

Dans le cadre du Programme d’éducation internationale (PEI) à l’École secondaire d’Oka, les élèves de la 5e secondaire doivent accomplir un projet personnel. Plusieurs projets sortent de l’ordinaire, mais celui de Sandrine Contant-Joannin qu’elle a intitulé Folitude a produit un impact majeur dans la communauté.

Sandrine, une passionnée de théâtre et de musique, a préparé pendant quatre mois un spectacle en dix tableaux sur le thème de la folie. Elle a interprété des monologues et chansons au piano le 18 décembre dernier au Centre d’art La petite église de Saint-Eustache, dans le but de faire tomber les préjugés sur la maladie mentale.

Elle a rempli la salle avec plus de 200 personnes en vendant des billets à 10 $. Elle est allée chercher de nombreux commanditaires. En tout, elle a ramassé tout près de 3 700 $ de profits qu’elle a remis à la Fondation des maladies mentales.
«J’ai traité de ce sujet parce que des gens dans ma famille sont atteints de maladie mentale. Ma mère travaille dans un hôpital psychiatrique. J’ai approfondi mes recherches en rencontrant des malades, une psychiatre de l’hôpital Sainte-Justine et en discutant avec une responsable de la Fondation des maladies mentales», a mentionné Sandrine.

Parmi les tableaux présentés lors de sa prestation, Sandrine offre ses propres créations entremêlées avec des extraits d’auteurs connus comme Le Fou du village de Fred Pellerin. Elle a ressorti les citations les plus folles de grands auteurs comme Victor Hugo avec «Une idée fixe aboutit à l’héroïsme ou la folie» ou encore Aristote avec «Il n’y a point de génie sans un grain de folie». Sandrine chante également. Elle a interprété Se perdre, d’Ariane Moffatt et Imparfait, de Daniel Bélanger.

C’est après son spectacle qu’elle a senti qu’elle a touché une corde sensible chez beaucoup de personnes. «Les gens venaient à ma rencontre pour me faire des témoignages. Ceux qui vivent ces situations se sentaient enfin moins seuls.»

Ce spectacle lui a aussi valu un mois plus tard une belle invitation à l’émission Espace Musique de Radio-Canada animée par Monique Giroux. «Elle voulait savoir pourquoi j’avais décidé de faire un tel spectacle. J’ai également pu faire un de mes monologues. Comme l’émission est diffusée partout au Canada, on peut s’imaginer que mon message s’est rendu très loin. J’ai aussi eu la chance de rencontrer sur le plateau des personnes comme Clémence DesRochers, Lise Dion et Bernard Voyer.»

Ce n’est pas tout. Sandrine a reçu une autre invitation. Elle ira sous peu faire une représentation de son spectacle au cégep de Sainte-Foy devant les étudiants en travail social.

Le directeur adjoint de l’École secondaire d’Oka, Marc Robillard, est drôlement fier du travail de Sandrine. «C’est réellement un projet qui sort de l’ordinaire et qui a eu un grand impact dans la communauté et pour l’école. Sandrine est également impliquée au Conseil étudiant, au journal de l’école, au Magasin du monde affilié avec le Club 2/3 et géré par les élèves. Je vous annonce qu’elle se verra attribuée par l’école, lors de la remise des mérites de fin d’année, la médaille du lieutenant-gouverneur du Québec.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top