- PUBLICITÉ -
Roland et Carole Cloutier: les dernières tâches avant la venue de l’hiver

Un dernier regard pour Carole et Roland Cloutier sur des terres dénudées... en attendant la prochaine saison.

Roland et Carole Cloutier: les dernières tâches avant la venue de l’hiver

(NDLR) — Tout au long du printemps, de l’été et de l’automne, vos hebdos L’ÉVEIL et LA CONCORDE ont suivi Roland Cloutier et sa femme Carole, propriétaires de la Ferme Roland Cloutier, située dans la partie rurale de Saint-Eustache, dans leur cycle de production annuel. Depuis la mi-avril, vous avez donc été en mesure, grâce à une série de reportages, de découvrir toutes les étapes qui les ont menés, selon le moment, à la récolte des fraises, tomates, maïs, courges et citrouilles que ceux-ci produisent, ainsi que tout le travail que cela nécessite. Voici le dernier reportage de cette série.

«C’est finiiii!!!» comme le dit si bien la mascotte Victor du Festival Juste pour rire. En effet, pour Roland et Carole Cloutier, un couple de producteurs maraîchers de Saint-Eustache, une autre saison de récoltes est pratiquement complétée. Début novembre, ne reste que quelques dernières tâches à effectuer avant que l’hiver ne s’installe pour de bon. Comme un peu de labour dans les champs afin de préparer la terre dès maintenant en prévision de la prochaine saison.

Et pour Roland et Carole Cloutier, mariés depuis 33 ans, cela signifie des journées à venir beaucoup moins chargées que celles passées depuis le mois de mars dernier, alors qu’il fallait parfois se lever à 2 h 30 le matin pour aller chercher des fruits et légumes au Marché central, à Montréal, pour approvisionner le kiosque ouvert devant la résidence familiale. Quand ce n’était pas si tôt le matin, le lever se faisait tout juste trois heures et demie plus tard, aux alentours de 6 h, parfois un peu plus tôt pour aller «casser» le maïs. Des journées fort occupées, quoi!

«Pour nous, l’hiver, c’est bien sûr beaucoup plus tranquille, même si on n’a pas le temps de s’ennuyer. On rend visite à nos amis, on va souper avec eux. Si un matin, on n’a pas le goût de faire le petit boulot qu’on avait prévu au cours de la journée, on attend. C’est sûr que c’est moins stressant», raconte le producteur eustachois.

Ce dernier ne sera cependant pas au repos complet, lui qui, durant l’hiver, avec son fils Marc-André, âgé de 26 ans, devient déneigeur pour des particuliers de Saint-Eustache et de Deux-Montagnes. «Là, on a déjà commencé à planter les poteaux de délimitation en prévision de l’hiver», de dire M. Cloutier, confirmant que les huit mois passés dans les champs ne suffisent pas à financer l’ensemble des dépenses de l’année et qu’il doit donc vaquer à d’autres occupations pour joindre les deux bouts. Aussi, à l’occasion, il ira prêter main-forte à d’autres producteurs si besoin est.

De son côté, Carole aura aussi beaucoup de temps à elle pour lire, tricoter et jaser avec ses proches. «J’ai aussi beaucoup plus l’occasion de cuisiner des plats qui demandent plus de temps de préparation et de cuisson, ce qui n’est pas le cas durant l’été. Je cuisine pour ma petite famille, et non pour ma famille élargie que sont tous mes clients», raconte celle qui a fermé le kiosque à légumes le 28 octobre dernier, quelques jours avant la fête de l’Halloween. «Plusieurs sont venus nous voir pour nous dire « À l’an prochain ». J’ai déjà hâte de les revoir», mentionne celle qui aura aussi du temps à consacrer à la petite Noémie âgée d’à peine un an, fille de leur fils Serge et leur bru Germaine.

Même si cela ne sera pas autant d’heures que son conjoint, Carole consacrera aussi de son temps au travail durant la saison des sucres, plus précisément à la Sucrerie du Mont Bleu, située dans le rang de la Fresnière, dans le secteur de Saint-Benoît, à Mirabel, où différentes tâches l’attendent.

Et le bilan de cette dernière saison? «Sans dire qu’elle a été exceptionnelle, elle a été bonne pour nous. Tout s’est bien déroulé», évalue le producteur maraîcher, sous l’œil approbateur de sa conjointe. Y aura-t-il un bilan officiel? «Pas vraiment, on s’en parle, mais il n’y a rien de vraiment formel», répond Roland.

Les prochains mois seront certainement moins accaparants pour Roland et Carole Cloutier. Mais déjà, ceux-ci avouent qu’ils vont s’ennuyer un peu. Ce n’est donc qu’un au revoir! À l’an prochain pour une nouvelle saison qui débutera beaucoup plus vite qu’on ne le croit!

À LIRE AUSSI:

1) Roland et Carole Cloutier: la passion de l’agriculture!

 

2) Roland et Carole Cloutier: des producteurs pas du tout découragés!

 

3) Roland et Carole Cloutier: quand mère Nature est de notre bord!

 

4) Roland et Carole Cloutier: quand une tâche n’attend pas l’autre

 

5) Roland et Carole Cloutier: l’automne n’est pas synonyme de fin de saison!

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top