- PUBLICITÉ -
Robert Landry invite le maire Lauzon à «se calmer»

Le candidat à la mairie de Deux-Montagnes, Robert Landry, devant l’édifice de l’Olympia de Deux-Montagnes.

Robert Landry invite le maire Lauzon à «se calmer»

Tentative de vente de l’Olympia de Deux-Montagnes

Candidat à la mairie de Deux-Montagnes, Robert Landry a invité son adversaire et maire sortant, Marc Lauzon, à compléter son mandat «sans trop de casse», plutôt que de tenter de dilapider les actifs de la ville. Cette invitation fait suite à des informations obtenues de «sources sûres» par M. Landry et ses proches voulant que le maire Lauzon tenterait de vendre en totalité ou en partie l’édifice de l’Olympia de Deux-Montagnes qui sert à la fois, le printemps, de salle de spectacle et, les autres mois de l’année, d’aréna.

«On m’informe que le maire Lauzon a offert à la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac d’acheter la moitié de l’Olympia. Jusqu’où ira Marc Lauzon pour camoufler ses faiblesses administratives? Vous avez des cartes de crédit et un prêt personnel pour votre voiture et vous décidez de vendre votre maison pour éponger le tout plutôt que de simplement revoir votre budget et mieux planifier vos dépenses ou générer de nouveaux revenus. C’est ça que M. Lauzon fait actuellement. Il se départit de nos actifs, de notre patrimoine collectif. Mais de quel droit pose-t-il ces gestes, à peine quelques mois avant l’élection?», a mentionné, dans un communiqué de presse, M. Landry, ajoutant que la ville de Deux-Montagnes n’appartient pas à M. Lauzon et que ce dernier n’a pas reçu le mandat de vendre ces actifs, mais de les gérer efficacement.

Déjà, le candidat à la mairie a dénoncé la vente de l’édifice Jean-Guy-Bergeron, une preuve, à son avis, de mauvaise gestion dans l’administration de la ville de Deux-Montagnes. Il avait alors lancé en boutade que l’Olympia de Deux-Montagnes pourrait fort bien, être le prochain édifice à être mis en vente. «Là, je constate qu’effectivement Marc Lauzon est en train de dilapider les actifs de la ville. Son rôle est plutôt de voir à une saine administration des biens publics… pas à organiser une vente de feu», a lancé Robert Landry.

Tout en exigeant de son adversaire qu’il cesse immédiatement «toutes ces transactions douteuses à l’aube de l’élection municipale», selon ses propres mots, M. Landry a demandé au maire sortant de se calmer pour le moment. «Si, à la suite de l’élection et après avoir expliqué ses intentions à la population, il reçoit le mandat de démanteler la ville, il pourra ainsi agir en toute démocratie, mais pour l’instant, je ne crois pas que les citoyennes et les citoyens lui avaient confié cette tâche en 2005», a indiqué M. Landry, pour qui il est plutôt important de protéger les actifs et le patrimoine de la ville de Deux-Montagnes.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top