- PUBLICITÉ -
Résolument tourné vers l’avenir

(Photo Michel Chartrand) - Parmi les partenaires, Éric Germain, Bernard Garnier, Josée Deschênes, Paul Gérin-Lajoie, conférencier invité, et Christian Forestier, nous reconnaissons Élie Fallu, président, Monique Laurin, 1re vice-présidente, Charles Le Borgne, secrétaire-trésorier, et Nadine Le Gal, directrice générale. Absent lors de la photo: Alain Boissonneault, 2e vice-président.

Résolument tourné vers l’avenir

Assemblée générale annuelle du Pôle universitaire des Basses-Laurentides

Il y a trois ans, Élie Fallu, Monique Laurin et Charles Le Borgne mettaient sur pied le Pôle universitaire des Basses-Laurentides. «Nous sommes partis du constat qu’à peine 17 % des adultes vivant ou travaillant dans les Basses-Laurentides avaient un certificat universitaire», a débuté Élie Fallu, président fondateur du Pôle. En comparaison, la moyenne nationale est de 26,2 % alors que celle de l’OCDE est de plus de 40 %. «Comment alors déployer l’activité économique d’une région quand si peu de ses gens sont diplômés?»

Trois ans plus tard, le Pôle fait désormais figure d’institution de savoir, de rapports humains, de recherche, d’enseignement et d’échange. «Après trois années d’opération complétées, 417 étudiants accueillis, 40 membres cotisants, 4 universités partenaires et notre participation à plus d’une dizaine de comités, conseils d’administration et tables de concertation dans la région et au Québec, nous poursuivons notre mission avec passion, audace, créativité et efficacité», a-t-il résumé.

Parmi les partenaires invités, mentionnons la présence de Josée Deschênes, directrice du soutien à l’enseignement et à la recherche de l’Université de Sherbrooke, Christian Forestier, administrateur général du Cnam (Conservatoire national des arts et métiers de Paris), Bernard Garnier, vice-recteur aux études et aux activités internationales de l’Université Laval, et Éric Germain, agent de recherche de l’École de technologie supérieure. Tour à tour, chacun à sa façon, ils ont fait valoir le rôle et la contribution de leur institution respective dans le déploiement du Pôle.

Quant à la directrice générale du Pôle, Nadine Le Gal, elle a présenté les résultats de l’année, notamment la mise en œuvre de la première année de la planification stratégique et du plan d’action 2008-2011, tout en spécifiant les principales réalisations, entre autres, la signature du protocole d’entente avec l’École de technologie supérieure; le renouvellement des protocoles d’entente avec les universités Laval et Sherbrooke; l’implantation de nouveaux locaux du Pôle universitaire à Saint-Eustache; et l’avènement de l’exposition française Doisneau chez les Joliot-Curie. Un photographe au pays des physiciens. Impressions.

Paul Gérin-Lajoie

La tribune a ensuite été cédée à Paul Gérin-Lajoie, responsable de la grande réforme du système d’éducation au Québec, de 1960 à 1966, et président fondateur de la Fondation Paul-Gérin-Lajoie. La voix presque éteinte, mais la tête et l’esprit résolument vifs et alertes, M. Gérin-Lajoie a réitéré son appui et celui de sa Fondation à «l’initiative magnifique que représente le Pôle». M. Gérin-Lajoie a poursuivi en rappelant le rôle de sa Fondation (soit contribuer à l’éducation de base des enfants et à l’alphabétisation des adultes, et ce, tant dans les pays du tiers-monde qu’au Canada) et a insisté sur le fait que la formule même du Pôle universitaire gagnerait à être appliquée à travers le Québec.
«Le Pôle est une université non pas faite de brique et de béton, mais bien d’hommes et de femmes qui font de la recherche et qui en communiquent le fruit aux plus jeunes qui deviendront à leur tour des fleurons du savoir», a-t-il illustré en terminant.

Pour toute information sur les formations en cours, celles à venir ou pour faire part de vos besoins en matière de formation universitaire, visitez le site Web du Pôle au [www.poleuniversitaire.ca] ou composez le 450-420-3739.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top