- PUBLICITÉ -
Questionnements sur la prucheraie à Sainte-Marthe-sur-le-Lac

(Photo Jean-Pierre Laferrière)

Questionnements sur la prucheraie à Sainte-Marthe-sur-le-Lac

La mairesse Paulus répond aux questions

Une douzaine de résidants des rues situées à proximité de la zone de la prucheraie, à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, ont participé à la soirée d’information tenue à l’hôtel de ville, récemment.

Devant les travaux qui ont débuté l’été dernier dans ce secteur, certains résidants, notamment ceux des rues Mirage et du Bic, avaient plusieurs questions à poser à l’administration de la mairesse Sonia Paulus. «Bien que quelques réponses aient été obtenues lors de la dernière séance du conseil tenue le 9 juillet dernier, plusieurs interrogations sont toutefois restées sans suivi, explique-t-on dans une lettre qui a été distribuée l’été dernier. En ce sens, la mairesse a offert de tenir une soirée d’information de façon à répondre à toutes nos interrogations.» Entre autres, les résidants veulent savoir quels changements ont été accordés par la municipalité pour les travaux en cours, comparativement aux plans d’origine en 2006. Pour quels types de bâtiments la municipalité a-t-elle accordé les permis aux promoteurs? Les résidants voulaient aussi savoir quelles sont les voies d’accès prévues pour la circulation sur le chemin de la Prucheraie, via le boulevard des Promenades, et être informés des règlements dont la Ville s’est dotée pour contrôler l’abattage d’arbres. Enfin, ils voulaient avoir plus de détails sur l’installation de la clôture prévue afin de protéger le parc.

La mairesse Sonia Paulus a tout d’abord effectué une présentation audiovisuelle du projet de protection de la prucheraie. En fait, il s’agissait de la même présentation que celle qui a été projetée au printemps dernier en dévoilement du projet et devant les membres de la Chambre de commerce et d’industrie Saint-Eustache–Deux-Montagnes–Sainte-Marthe-sur-le-Lac, quelques jours plus tard.

Mme Paulus a rappelé que la prucheraie était faite d’un couvert forestier dense et que la Ville, après des négociations avec les promoteurs, avait réussi à préserver 1,5 million de pieds carrés au lieu du 1 million de pieds carrés prévus initialement. Elle a aussi précisé qu’aucune rue ne sera construite à l’intérieur de la zone protégée. La Ville veut ainsi éviter que la rue Laurin traverse le projet. La prucheraie sera clôturée par le promoteur, qui en assumera les frais, a précisé Mme Paulus. La clôture était rendue nécessaire «afin d’éviter les activités non écologiques, mais les citoyens y auront tout de même accès», précise-t-elle. Il a aussi été question d’un éventuel accès au parc à partir de la 8e Avenue. Quant aux constructions prévues, Mme Paulus a expliqué que des condominiums seront construits sur le boulevard des Pins. Le développement résidentiel de ce secteur prévoit aussi la construction de maisons de style «cottage».

Quant à l’aspect réglementation, la mairesse a rappelé que ni la Ville ni aucun promoteur ne pourraient procéder à un quelconque aménagement dans la zone protégée avant que le ministère de l’Environnement du Québec n’ait donné préalablement son accord. «Pour qu’il y ait construction, ça prend un certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement du Québec», a-t-elle expliqué.

Au moment de la rencontre, tous les aspects liés au zonage étaient acceptés. Il ne restait qu’à finaliser quelques aspects légaux.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top