- PUBLICITÉ -
Québec se porte acquéreur des terres agricoles adjacentes à l’abbaye

L’annonce de l’acquisition des terres agricoles adjacentes à l’abbaye d’Oka a été faite par l’ex‑députée de Mirabel Denise Beaudoin et le président du Parti québécois de la circonscription de Mirabel

Québec se porte acquéreur des terres agricoles adjacentes à l’abbaye

Décret ministériel

À quelques jours du déclenchement des élections provinciales, le gouvernement du Québec a signé un décret ministériel concernant l’acquisition des terres agricoles adjacentes à l’abbaye d’Oka. Ces terres, d’une superficie d’environ 260,3 hectares, seront acquises par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), en vertu de la Loi sur les terres agricoles du domaine de l’État, au coût de 2 millions de dollars.

L’annonce a été faite par l’ex‑députée de Mirabel Denise Beaudoin, au lendemain de sa défaite électorale, et en présence du président du Parti québécois de la circonscription de Mirabel, Renaud Béland. «Nonobstant le contexte de grande déception dans lequel nous nous retrouvons, ce projet représente une grande victoire pour nous», a‑t‑il souligné d’emblée.

Pour Mme Beaudoin, qui a piloté l’ensemble du dossier, cette annonce sonnait visiblement comme de la musique à ses oreilles. «Ceci vient mettre un terme aux tergiversations et aux avenues douteuses que voulaient emprunter certains. Cette abbaye n’est pas seulement un joyau régional, c’est aussi notre patrimoine national. C’est une des plus grandes victoires de ma carrière», a‑t‑elle soutenu.

Du même souffle, Mme Beaudoin dit avoir aussi contribué à la mise sur pied de l’Association des Cent Amis de l’Abbaye, preuve du soutien national dont jouit désormais l’abbaye d’Oka.

Destination touristique et agroalimentaire

Devenu officiel le 26 mars dernier, le décret ministériel fait suite à un plan de relance présenté au comité interministériel, par lequel il a été proposé de mettre en valeur le site en faisant de l’abbaye une destination touristique et agroalimentaire reconnue. Le dépôt de ce rapport final a été effectué le 10 février dernier.

Par ailleurs, la décision du gouvernement d’acquérir ces terres découle de la nécessité pour la Corporation de l’abbaye d’Oka, actuelle propriétaire du bâtiment et de ses dépendances, de consolider sa situation financière. De fait, peut‑on lire dans les notes explicatives jointes au décret, «cette vente des terres permettrait à la fois de diminuer le poids de la dette de la Corporation et lui procurerait des liquidités pour mettre en œuvre le plan de relance.»

Une fois l’acquisition des terres par le gouvernement complétée, celui‑ci pourra ensuite les vendre ou les louer à des agriculteurs locaux. À ce stade‑ci, l’acquisition demeure conditionnelle à l’obtention de mainlevées pour l’ensemble des charges affectant les lots.

Rappelons que c’est en 2009 que les moines trappistes ont quitté l’abbaye d’Oka, après y avoir vécu pendant 128 ans. Ils vivent désormais à l’abbaye Val Notre-Dame, à Saint-Jean-de-Matha. En 2007, on procéda à la mise sur pied de la Corporation qui fit l’acquisition de l’abbaye et de ses dépendances au prix de 7,5 millions de dollars.

Dans une lettre datée du 9 avril 2014, et adressée à Denise Beaudoin, dom André Barbeau, père abbé de l’ex‑abbaye d’Oka, se réjouit du dénouement: «Le patrimoine est ainsi protégé et nous pouvons envisager avec nettement plus de confiance l’avenir de ce domaine. Le plan de relance vise à former une relève agroalimentaire et ouvre de nouvelles voies vers une souveraineté alimentaire que nous souhaitons tous pour notre peuple.»

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top