- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Plan d’urbanisme révisé à Deux-Montagnes: scission au sein du conseil municipal

À l’agenda depuis quelque temps déjà et appuyé par l’ensemble du conseil municipal lors de son premier dépôt, au printemps dernier, le Plan d’urbanisme révisé de la Ville de Deux-Montagnes vient d’être adopté dans sa forme finale, sur vote divisé, alors que les trois conseillers de l’opposition ont enregistré leur dissidence.

Un geste que s’explique mal le maire Marc Lauzon, d’autant que le Plan n’a subi aucun changement significatif depuis sa première adoption, en mai dernier. «Les élections s’en viennent, ça se voit. Mais je crois que l’opposition choisit bien mal son cheval de bataille parce que ce Plan est essentiel pour l’avenir de la ville. Le rejeter, c’est bien mal comprendre la situation de la Ville de Deux-Montagnes», a-t-il commenté.

Si le maire semble prendre assez calmement la chose, il en va tout autrement pour le conseiller municipal du district de l’Olympia, Tom Whitton, qui a tenu à exprimer son indignation à l’égard des conseillers dissidents, à savoir James McAllister, Guillaume Bouvrette et Nathalie Chayer. «Ce plan directeur a pour but de créer la richesse nécessaire dont notre ville a désespérément besoin. Lors de la réunion du conseil, en mai 2012, les trois conseillers de l’opposition ont voté en faveur du premier projet qui est sensiblement le même document que nous avons présenté jeudi dernier», a déclaré M. Whitton, par le biais d’un communiqué envoyé à nos bureaux, au lendemain de la séance du 11 octobre.

Or, note-t-il, pendant tout le processus de consultation, aucune demande de changement engageant la révision du Plan n’a été faite au conseil. «Qu’est-ce qui a changé pour que les conseillers de l’opposition votent soudainement contre le même Plan d’urbanisme», se questionne-t-il?

Élections 2013

À l’instar du maire Lauzon, M. Whitton croit que la tenue des élections municipales de novembre 2013 pourrait être à l’origine du revirement des conseillers de l’opposition. «Malheureusement, cette décision signifie que l’opposition refuse que l’on procède au développement et au réaménagement pourtant nécessaires des régions clés de Deux-Montagnes, telles que le chemin d’Oka, les zones d’aménagement axées sur le transport en commun aux alentours de nos deux gares et l’entrée ouest de la ville», pointe-t-il toutefois.

M. Whitton trouve également curieux le fait que les conseillers de l’opposition aient publié un communiqué de presse, le 2 octobre dernier, en lien avec la vérification des dossiers de la Ville de Deux-Montagnes par des fonctionnaires du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire, et croit davantage qu’il s’agit ici d’une tentative de tirer profit du climat politique du Québec.

«Quand on sait que les conseillers ont accès à tous les dossiers, contrats et communications de la Ville, ainsi qu’à l’ensemble des gestionnaires, je trouve que ce genre de battage politique est honteux et qu’il rend bien mauvais service à ceux qui les ont élus…», de conclure M. Whitton.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top