- PUBLICITÉ -
Pas de fusion pour l’Agence de la santé et des services sociaux

Le député de Groulx, René Gauvreau.

Pas de fusion pour l’Agence de la santé et des services sociaux

Laurentides

Soupir de soulagement pour les employés et cadres de l’Agence de la santé et des services sociaux des Laurentides. Depuis quelques semaines, le personnel de l’Agence avait eu vent de rumeurs quant à la possibilité de fusion avec les agences de Laval et Lanaudière, afin de créer une seule entité.

«Le ministre de la Santé nous a informés qu’il n’envisageait plus de recourir à une fusion des trois agences. C’est une bonne nouvelle pour les citoyens des Laurentides», de mentionner Myriam Sabourin, agente d’information auprès de l’Agence de la santé et des services sociaux des Laurentides.

On se rappellera que l’idée de créer une seule grosse entité avait émergé au début de l’été 2010 dans le réseau des agences. Le but: réduire les coûts de fonctionnement en augmentant l’offre de service par la fusion des ressources. Cette idée avait mobilisé les acteurs politiques des Laurentides qui craignaient une perte d’identité régionale au niveau de la santé.

«Malgré que le ministre ait abandonné l’idée de fusion des agences de la santé et des services sociaux, il a quand même fait la demande d’étudier des pistes de solution pour optimiser nos services. En somme, il nous demande de faire plus avec moins», d’expliquer l’agente d’information.

Déjà, au niveau des Laurentides, une décision a été prise au chapitre du renouvellement des employés. À partir de maintenant, un poste sur deux sera remplacé lors des départs à la retraite. «En réduisant le nombre de nos employés au sein de l’Agence de la santé et des services sociaux, c’est une nouvelle organisation de travail qui va s’implanter», dit-elle. Actuellement, 180 personnes travaillent au sein de l’Agence des Laurentides.

Gauvreau déçu

Impliqué dans le dossier de la santé dans les Laurentides, le député de Groulx, René Gauvreau, s’est dit déçu de la position du ministre de la Santé concernant les solutions à mettre de l’avant pour remédier aux défis des urgences, au manque de médecins de famille et au retard dans les services pour l’ensemble de la population de la région.

«Il existe des solutions pour aider à désengorger le réseau de la santé au Québec et dans les Laurentides. La population de la région est actuellement en hausse et rien n’est fait par le ministre pour remédier aux problèmes de manque de services dans la région», dit-il, accusant le ministre d’improviser des projets et des mesures.

 

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top