- PUBLICITÉ -
Bilan: 3 412 raccompagnements dans la région

Sur le territoire de Laval et des Basses-Laurentides, la soirée la plus achalandée aura été celle du vendredi 15 décembre, avec pas moins de 345 appels.

Bilan: 3 412 raccompagnements dans la région

Opération Nez rouge

Le maître d’œuvre de l’Opération Nez rouge pour le territoire de Laval et les Basses-Laurentides, Sports Laval, a bouclé l’exercice 2017 avec 3 412 raccompagnements au compteur, une donnée qui contribue à un bilan qu’on observe à la hausse partout au pays.

De fait, l’Opération Nez rouge qui se déroule dans sept provinces du Canada (outre le Québec, on compte également l’Alberta, l’Ontario, le Nouveau-Brunswick, la Colombie-Britannique, la Saskatchewan et le Manitoba) a donné lieu à 71 430 raccompagnements, dont 53 743 sur le seul territoire québécois, là où la formule semble particulièrement populaire, alors qu’on y enregistrait, cette année, une moyenne de 1 733 interventions par soir, comparativement à 1 586 en 2016.

345 appels le 15 décembre

Cette année, l’Opération Nez rouge s’est déployée les 1er et 2 décembre, puis en continu du 7 au 31 décembre. Selon la formule consacrée, les personnes qui ne se sentent pas en état de conduire après avoir consommé de l’alcool ou toute autre substance, peuvent avoir recours à un service bénévole de raccompagnement, et ce, avec leur propre véhicule. Le service est gratuit, mais on encourage toutefois les gens à faire un don qui sera remis à un organisme à but non lucratif.

Selon les statistiques apparaissant sur le site Web de l’Opération Nez rouge, le territoire de Laval et des Basses-Laurentides aura connu sa soirée la plus achalandée le vendredi 15 décembre, alors que l’on répondait à pas moins de 345 appels. En comparaison, les soirées du 24 et du 25 décembre ont donné lieu à 138 et 102 raccompagnements. La veille du jour de l’An aura aussi été bien occupée, avec 122 interventions.

À l’aube du 35e anniversaire

Cette initiative lancée à Québec en 1984 a donc fait bien des petits depuis que son président (toujours en poste), Jean-Marie De Koninck, en avait imaginé les contours, y voyant une façon utile et originale de financer les activités du club de natation de l’Université Laval, dont il était l’entraîneur.

Celui qui est aussi professeur de mathématiques au sein de la même institution (encore aujourd’hui) n’en avait peut-être pas mesuré l’impact, alors qu’on pense déjà aux préparatifs du 35e anniversaire de l’Opération Nez rouge.

«Même après une 34e campagne, je trouve toujours aussi inspirant l’engagement des milliers de bénévoles qui permettent à l’Opération Nez rouge d’exister et de prendre la route. La générosité dont ils font preuve envers leur communauté contribue à rendre nos routes plus sécuritaires et je tiens à les remercier sincèrement pour leur engagement exemplaire. Rappelons que la recette du succès de l’Opération Nez rouge repose essentiellement sur trois ingrédients indissociables: la décision d’automobilistes consciencieux, l’appui de partenaires hors pair et, surtout, le dévouement de bénévoles exceptionnels» , a déclaré Jean-Marie De Koninck, le mercredi 3 janvier, lors d’un point de presse tenu à Québec.

À noter que, bon an mal an, les organismes bénéficiaires de l’Opération Nez rouge, au Canada, se partagent une enveloppe moyenne de 1,5 million de dollars et que l’idée fait son chemin de l’autre côté de l’Atlantique, alors que des organismes en France, en Suisse et au Portugal ont emboîté le pas en offrant pareil service, en tout respect du concept, des valeurs et des buts de son initiateur.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top