- PUBLICITÉ -
On couche dehors, ce soir?

LA CONCORDE 41e année, no 2 MERCREDI 14 octobre 2009 - 36 pages.

On couche dehors, ce soir?

Une quatrième édition de la Nuit des sans-abri à Saint-Eustache

La quatrième édition eustachoise de la Nuit des sans-abri aura lieu dans le stationnement arrière de l’église Saint-Eustache.

Organisé par la Table de concertation sur l’itinérance avec l’aide de différents partenaires du milieu communautaire, l’évènement débutera à 19 h, le vendredi 16 octobre prochain, pour se terminer à l’aube le samedi matin 17 octobre, contrairement aux dernières années, où l’activité durait une soirée. «À cette occasion, jeunes et moins jeunes se rassembleront pour passer une partie ou toute la nuit dans la rue», expliquent les organisateurs de l’évènement, dont l’objectif est de sensibiliser la population locale au phénomène de l’itinérance. L’affiche qui annonce l’activité, une boîte aux lettres plantée à côté d’une bouche d’égout, est d’ailleurs évocatrice du message que l’on veut lancer à la population.

Pour l’occasion, de la nourriture sera servie aux participants, et il y aura distribution de vêtements chauds. Les organisateurs ont aussi prévu de l’animation en soirée et durant toute la nuit. La population est d’ailleurs invitée à participer à l’évènement.

Appel à la solidarité
«Cette nuit de solidarité est d’abord un appel pour que l’ensemble de notre communauté réalise l’ampleur du problème et la triste réalité de plusieurs concitoyens itinérants et marginalisés», mentionne Judith Ferron, membre du comité organisateur de l’activité et intervenante à l’Accueil communautaire jeunesse des Basses-Laurentides, une ressource pour jeunes en difficultés.

Sa collègue Diane Grenier, directrice de La petite maison de Pointe-Calumet, un organisme communautaire, la seconde: «Bien que la solidarité croît d’année en année, il demeure inquiétant de la voir se conjuguer avec la perpétuation des conditions précaires, de la pauvreté et de l’exclusion sociale», dit-elle, soulignant que même une MRC considérée «riche» comme celle de Deux-Montagnes faisait face à des problèmes criants de pauvreté.

Selon plusieurs observateurs, dont le collectif Solidaires face à l’itinérance, certains éléments doivent être pris en considération pour expliquer la recrudescence du phénomène: la difficulté d’accès aux logements à prix abordables, l’augmentation des emplois précaires et des emplois à temps partiel, les réformes et les coupures dans les programmes sociaux et le démantèlement des services dans le domaine de la santé mentale.

Benoit Charette comme président d’honneur

Cette quatrième édition de l’évènement eustachois, qui coïncide avec le vingtième anniversaire du début de cette initiative à l’échelle du Québec, est placée sous la présidence d’honneur du député de Deux-Montagnes à l’Assemblée nationale, Benoit Charette.
«Il s’agit d’une réalité méconnue, mais bien présente dans notre milieu, dit-il. Le visage de l’itinérance à Saint-Eustache diffère de celui de Montréal, mais nous y retrouvons des individus qui ont en commun une grande précarité alimentaire, financière et sécuritaire. La principale revendication des groupes qui soutiennent les sans-abri, et que le Parti québécois a fait sienne, concerne la mise en place d’une politique globale en itinérance.» M. Charette estime qu’une telle politique permettrait de mettre l’itinérance au rang des priorités du gouvernement et de la société.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Porte ouverte

Section concours



- PUBLICITÉ -
Top