- PUBLICITÉ -
Chats Doucet Garage

C’est dans une partie de ce garage qu’elle a spécialement aménagé que Mme Doucet loge les chats dont elle prend soin et dont elle doit maintenant se départir.

Nathalie Doucet devra se départir de 19 de ses 21 chats

Après avoir tout tenté pour garder les nombreux chats dont elle prend soin, Nathalie Doucet devra s’en départir d’ici le 22 mars prochain, à la suite du jugement rendu par la Cour d’appel du Québec, dans la cause qui l’oppose depuis plusieurs années déjà contre la Ville de Saint-Eustache. Ce sont donc 19 des 21 chats que possède toujours Mme Doucet qui devront être relocalisés, ou encore, euthanasiés.

Rappelons que Nathalie Doucet et son avocate Anne-France Goldwater tentaient d’en appeler d’un jugement rendu le 18 avril 2016, par la Cour supérieure du Québec qui autorisait alors la Ville de Saint-Eustache de disposer des chiens et des chats que possédait à ce moment Mme Doucet.

Selon la règlementation municipale en vigueur, un maximum de deux chats et deux chiens par résidence est autorisé à Saint-Eustache. Au moment de ce jugement de la Cour supérieure, Mme Doucet en possédait 27 chats, soit 25 de trop par rapport à ce qui était autorisé, et deux chiens. La cause qui oppose Mme Doucet et la Ville de Saint-Eustache date de 2009.

Dix-neuf chats à relocaliser

Le rejet de la Cour d’appel du Québec, rendu le 22 février dernier, mettra cependant un terme à ce conflit puisque Mme Doucet a maintenant l’intention de se départir de 19 des 21 chats qu’elle possède toujours. «La loi, c’est la loi, je vais me conformer au jugement. J’aurai cependant fait tout mon possible. Ça me brise le coeur», a indiqué l’Eustachoise qui ne souhaitait pas, de prime abord, commenter plus qu’il ne faut la décision de la Cour d’appel, lorsque jointe par vos hebdos L’ÉVEIL et LA CONCORDE.

Cependant, Mme Doucet n’a pu s’empêcher que qualifier «d’aberrante» l’obligation qu’elle a de se départir de ses nombreux chats, âgés de 8 à 14 ans. D’ailleurs, cinq d’entre eux devront être obligatoirement euthanasiés au cours des prochains jours puisqu’ils sont malades.

«Ils pourront difficilement être relocalisés puisque certains sont trop âgés. Ils ne sont jamais sortis de l’endroit où ils logent et certains vétérinaires sont réticents à euthanasier des chats en bonne santé. Je vis l’enfer. Pourquoi ne m’avoir tout simplement pas permis, avec un droit acquis, de les garder jusqu’à qu’ils meurent? Je n’ai pas l’intention de les remplacer, et je n’ai jamais cherché à le faire», de lancer Mme Doucet qui tentera, malgré tout, de trouver un nouveau refuge à ses chats.

D’ailleurs, celle-ci invite les gens à l’appeler sans tarder au 514 371-7176 s’ils souhaitent adopter l’un de ses chats. Aussi, une citoyenne responsable d’un organisme nommé La douceur de mon refuge, Johanne Simard, a lancé un appel pour que l’on puisse trouver un local en zone rurale qui pourra accueillir les chats de Mme Doucet. On peut joindre Mme Simard, au 450 512-1140.

Aussi, Mme Doucet n’a pu s’empêcher d’indiquer qu’elle accepte très mal l’autorisation toujours accordée à la Ville de Saint-Eustache de pouvoir aller inspecter chez elle à tout moment. «C’est abusif. Je ne suis pas une criminelle», de déplorer l’Eustachoise.

Les commentaires du maire Charron

Invité à commenter par courriel la situation, le maire Pierre Charron a indiqué que la Ville de Saint-Eustache a toujours préconisé, dans ce dossier, une «solution humaine, comme en témoigne d’ailleurs le bon délai que nous avons déjà accordé, dans le passé, à Mme Doucet».

«Dans le cas présent, des inspections ont été menées après que des plaintes aient été formulées par l’entourage. La Ville a la responsabilité d’assurer le suivi des plaintes qui lui sont adressées. Nous souhaitons vivement que tous les chats puissent trouver des familles qui en prendront soin», a, enfin, ajouté M. Charron.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top