- PUBLICITÉ -
Marie-France Daoust se lance en politique

(Photo Michel Chartrand) - La candidate libérale, Marie-France Daoust, est appuyée par David Whissell, député sortant d’Argenteuil et ministre sortant du cabinet Charest.

Marie-France Daoust se lance en politique

Candidate libérale dans Deux-Montagnes

Marie-France Daoust briguera les suffrages dans la circonscription électorale de Deux-Montagnes sous la bannière du Parti libéral du Québec.

À son premier point de presse en tant que candidate, Mme Daoust avoue candidement être une novice en politique, mais c’est sans texte qu’elle s’est adressée à quelques partisans qui se sont rendus à son bureau électoral, situé au 73, boulevard Arthur-Sauvé, à Saint-Eustache.

Native de Saint-Eustache, la candidate libérale a expliqué pourquoi elle s’était lancée en politique et pourquoi au sein de la formation de Jean Charest. «Le Parti libéral est un parti qui a des valeurs qui sont propres à moi. C’est une famille unie avec une ouverture d’esprit et qui souhaite l’intégration envers les autres. J’ai toujours eu une allégeance libérale, mais je ne l’ai jamais exprimée ouvertement», indique-t-elle.

La propriétaire du bistro-café Astoria de Saint-Eustache raconte que lorsqu’elle a été approchée pour se présenter comme candidate dans Deux-Montagnes, elle s’est demandé ce qu’elle pouvait apporter à sa région. Elle s’est alors assise et a écrit sa biographie pour constater ce qu’elle avait déjà accompli.

Mme Daoust est bénévole et partenaire de diverses activités communautaires, notamment pour les soupers gastronomiques de la Fondation Hôpital Saint-Eustache depuis 2007. Elle contribue également, depuis 2005, au succès des activités de Noël et des tournois de golf tenus au profit de l’école des Érables.
«En étant jeune et dynamique, ce serait un défi que je souhaite relever d’être députée et je veux apporter quelque chose à ma région. Si je peux apporter un changement, je serai très fière à titre personnel pour les gens que j’ai côtoyés et que je côtoierai», affirme la femme d’affaires de 34 ans.

Accompagnée du candidat David Whissel, député sortant d’Argenteuil et ministre responsable de la région des Laurentides, Mme Daoust lui a laissé la tâche de s’en prendre à ses candidats adverses. «M. Dumont est à la tête d’un parti d’un seul homme. Sa candidate, Lucie Leblanc dans Deux-Montagnes, doit se sentir bien seule dans la campagne. Nul doute que Marie-France saura faire la lutte au Parti québécois et aller chercher la circonscription», a-t-il conclu.

La novice a souligné qu’elle était allée chercher elle-même les signatures nécessaires à son investiture libérale afin de tâter le pouls au sein de la population. Ne sachant pas concrètement à ce moment-ci ce qu’elle comptait faire pour la circonscription électorale, elle a soutenu qu’elle prenait l’information auprès des électeurs afin de connaître les «sujets à exploiter».

Parmi les militants libéraux présents se trouvait le dernier député libéral de Deux-Montagnes, Jean-Guy Bergeron. Honorée de sa présence, Marie-France Daoust a eu droit à un de ses commentaires. «Je ne vous connaissais pas avant de venir ici, a-t-il fait savoir. Je vous entends parler avec votre cœur, sans texte. Je sors d’ici complètement éberlué. Je vous conseille de rencontrer le plus de personnes possible. Ils ne pourront pas vous dire non.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top