- PUBLICITÉ -
Lucie Leblanc invite la population à choisir une députée

Photo Hugo Vincent - Lucie Leblanc, candidate conservatrice dans Rivière-des-Mille-Îles.

Lucie Leblanc invite la population à choisir une députée

Dans Rivière-des-Mille-Îles

La candidate conservatrice pour la circonscription de Rivière-des-Mille-Îles, Lucie Leblanc, souhaite remplir le prochain mandat à titre de députée en offrant sa présence et son dynamisme féminin pour le comté.

«Je crois que les femmes, dit-elle, ont une façon différente de faire de la politique. Elles sont davantage préoccupées par le mieux-être de leur communauté, et aussi, davantage tournées vers des solutions créatives et efficaces. Je ne veux pas dénigrer mes confrères, mais nous devons bien reconnaître qu’une approche féminine est très différente.»

Elle a ajouté: «D’ailleurs, j’espère que la population verra aussi l’importance d’avoir plus de femmes les représenter à la Chambre des communes. Le point de vue des femmes dans la gouverne de l’État est indispensable afin de préserver l’équilibre des valeurs de notre société.»

Pour la conclusion de sa campagne électorale, la candidate Lucie Leblanc s’est montrée satisfaite de son travail, et surtout, heureuse d’avoir pu échanger avec un très grand nombre d’électrices et d’électeurs.

Ce qui l’a particulièrement frappé lors de ces dernières semaines, c’est le désabusement de la population envers la politique en général. «Depuis 2008, les citoyens ont été appelés à aller voter pas moins de quatre fois. Les gens ont besoin d’une pause et seul un gouvernement majoritaire peut leur offrir cette pause tant désirée.»

Autre constat que la candidate conservatrice a pu observer durant la campagne électorale, c’est l’absence totale du député du Bloc québécois dans le comté. «Les gens me disaient qu’ils ne l’avaient jamais rencontré, jamais vu et presque jamais entendu parler. Je crois que, outre le fait que M. Desnoyers n’habite pas le comté, car il a sa résidence sur le Plateau, à Montréal, cet homme ne s’intéresse pas vraiment à notre région. Remarquez, n’ayant aucune influence auprès du gouvernement et surtout, n’ayant aucun intérêt à promouvoir les programmes fédéraux dans le comté, son absence s’explique facilement», de terminer Lucie Leblanc.

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top