- PUBLICITÉ -
L’opposition dénonce le budget 2010

(Photo Michel Chartrand) - Le chef du parti, Robert Landry, est accompagné de deux des trois conseillers de l’opposition, Guillaume Bouvrette et Nathalie Chayer.

L’opposition dénonce le budget 2010

À Deux-Montagnes

Les conseillers de l’opposition à la Ville de Deux-Montagnes dénoncent le budget 2010 de l’administration Lauzon ainsi que quelques décisions et évènements survenus dernièrement.

D’abord, les conseillers Guillaume Bouvrette et Nathalie Chayer, accompagnés du chef de leur parti, Robert Landry, déplorent que le maire Marc Lauzon «hausse le fardeau fiscal des citoyens», malgré la promesse électorale de geler la taxe. Si les contribuables voient le taux de la taxe foncière gelée, la tarification de plusieurs services augmente. «C’est un budget que nous avons unanimement dénoncé. Le fardeau fiscal augmente d’environ 4,6 %», fait savoir M. Bouvrette. Le conseiller Bouvrette signale également que l’équilibre budgétaire est dû à l’injection de plus de 500 000 $ provenant du surplus accumulé artificiellement créé en 2008.

Faire échec au projet du parc Moir

L’opposition accuse également l’administration Lauzon de mettre en place un projet «farfelu», celui d’emprunter 450 000 $ pour aménager le parc Moir. «Ça fait cher pour des places de stationnement et quelques sentiers, soutient-il. Marc Lauzon refuse de retirer ce projet. Le dernier moyen pour les citoyens de s’y opposer est de signer le registre permettant de faire échec à ce projet.» La séance de signatures aura lieu le lundi 1er février, à l’hôtel de ville. Il en faut 500 pour faire échec au projet.

Pour le maire Marc Lauzon, il s’agit d’une façon d’attirer des acheteurs de condos ou de commerces. La conseillère Nathalie Chayer se dit particulièrement préoccupée par le projet puisqu’elle affirme avoir appris, lors de la dernière séance municipale, le projet de construction de condos sur le chemin d’Oka, près du parc Moir. «C’est une association malsaine pour mousser les ventes de ces condos-là», soutient-elle.

En réalité, la construction de ces condos avait été annoncée officieusement lorsque le conseil municipal avait accepté conditionnellement l’offre d’achat du terrain en question à la séance du mois de mars 2009.

Le toit de l’Olympia

Le week-end du 16 janvier dernier, le toit de l’Olympia est pratiquement tombé sur la tête des athlètes quand l’eau infiltrée par le toit tombait directement sur le panneau électrique. «Le premier drapeau a été levé en 2006 quant à la condition du toit et rien n’a été fait», soutient Guillaume Bouvrette.

Questionné sur la situation, le maire Marc Lauzon a déploré l’évènement. La réparation, qui aurait dû être faite en décembre, avait été reportée au printemps. Les travaux sont en processus d’être entamés. En attendant, une génératrice s’occupe de fournir l’énergie au bâtiment.
«La situation financière de la Ville va en s’empirant. Nous demandons aux citoyens de faire valoir leur point de vue pour chaque dépense et que les emprunts soient scrutés à la loupe.»

Le chef du parti, Robert Landry, estime que pour attirer de nouveaux commerçants sur le chemin d’Oka, comme le veut le maire, il serait plus judicieux d’offrir une baisse de taxes les premières années que d’engager des dépenses comme pour le parc Moir et la mise à niveau de la salle de spectacle de la Polyvalente Deux-Montagnes. «Ça serait une dépense qui apporterait des revenus plutôt que des dépenses», croit-il.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top