- PUBLICITÉ -
L’intégration des nouveaux résidants demande encore du travail

En compagnie d’une vingtaine de résidants concernés, le maire Pierre Charron et le conseiller municipal Raymond Tessier ont souligné de façon officielle l’annexion d’une partie du territoire de Boisbriand à celui de Saint-Eustache.

L’intégration des nouveaux résidants demande encore du travail

Limites territoriales entre Saint-Eustache et Boisbriand

La Ville de Saint-Eustache a souligné de façon officielle l’annexion d’une partie du territoire de Boisbriand à son territoire, au cours d’un point de presse qui a réuni une vingtaine de personnes au coin du chemin de la Grande-Côte et de la rue Terrasse-Lemay. Elle a du même coup présenté les tâches qui devront être accomplies au cours des prochains mois pour régulariser la situation de ces nouveaux citoyens.

Confirmée par la publication, le 31 décembre dernier, d’un avis dans ce sens dans la Gazette officielle du Québec, cette annonce met un terme à 25 années de négociation entre Boisbriand et Saint-Eustache, au cours desquelles neuf maires – cinq de Boisbriand et quatre de Saint-Eustache – auront été en poste. C’est ainsi que 20 maisons et un peu moins d’une centaine de personnes gonflent les rangs des résidants eustachois. «Les nouvelles limites territoriales ont été régularisées de manière à longer l’emprise ouest de la rue Hector-Lanthier, à partir de l’arrière du terrain qui fait face à la rue Saint-Laurent jusqu’au centre du chemin de la Grande-Côte, pour rejoindre l’emprise ouest de l’autoroute 13 jusqu’à la rivière des Mille Îles», indique-t-on à la Ville. Certaines résidences, qui étaient carrément à Boisbriand, changent de territoire. D’autres, qui chevauchaient la ligne des deux villes depuis des lustres, seront désormais 100 % eustachoises.

La Ville de Saint-Eustache a identifié trois priorités et a formé autant de comités pour mener à bien les travaux qui les concernent: aménagement en arrière-lot des propriétés de la 64e Avenue Nord, le territoire au sud du chemin de la Grande-Côte et la desserte en services de la terrasse Lemay. «Bien que nous ayons eu l’aval du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire dans ce dossier, il reste encore certaines actions à prendre afin de respecter notre part de l’entente», a expliqué le conseiller municipal du quartier des Îles, Raymond Tessier.

La Ville a d’ailleurs déjà fait un pas en ce sens, à la séance du conseil municipal de janvier dernier, en préparant la mise en place d’un moratoire de 90 jours sur le développement de projets sur cette partie du territoire. En entrevue, le maire de Saint-Eustache, Pierre Charron, a d’ailleurs précisé que la Ville avait fait passer «de sept ou huit à un le nombre de zonages, résidentiel», de cette nouvelle portion de territoire, le temps que la Ville fixe sa stratégie de développement. «Nous recevions déjà des demandes diverses», a précisé M. Charron. Entre autres sujets qui seront abordés au cours des prochaines semaines, il y a la desserte des résidences de Terrasse-Lemay par les services municipaux.

Un dossier semble par contre en voie d’être réglé, soit l’annexion, sur le plan provincial, de ces résidences à la circonscription de Deux-Montagnes, lesquelles font en effet encore partie de la circonscription de Groulx. Au cours des derniers jours, le Directeur général des élections (DGE) du Québec a confirmé à la Ville son intention de régulariser les limites électorales provinciales, la totalité du territoire eustachois étant dans la circonscription de Deux-Montagnes. Le processus avait déjà été enclenché au DGE, au moment même où les limites territoriales des deux villes étaient modifiées.

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top