- PUBLICITÉ -
L’Hôpital de Saint-Eustache adhère à l’AMPRO

(Photo Michel Chartrand) - Les gens qui chapeautent le processus de formation de l’AMPRO étaient emballés à l’idée de présenter l’approche aux visiteurs.

L’Hôpital de Saint-Eustache adhère à l’AMPRO

Parmi les premiers hôpitaux québécois

L’Hôpital de Saint-Eustache a formé une équipe multidisciplinaire de 14 personnes pour mettre sur pied l’approche multidisciplinaire prévention des risques obstétricaux (AMPRO).

Comme dans six autres projets du genre au Québec, l’Hôpital de Saint-Eustache entend former une centaine de personnes afin de mettre à niveau les connaissances de chacun. Ainsi, ils pourront réagir plus rapidement en cas d’urgence.

Comme le veut l’approche, «en apprenant et en travaillant ensemble dans son environnement de pratique, l’équipe de soins de santé peut utiliser les connaissances, les compétences, les attitudes et les comportements communs qui contribuent à des soins sécuritaires, efficaces et centrés sur la patiente, dans un milieu où règne la collaboration.»

Cette approche vise ainsi des soins de qualité et une formation professionnelle égale pour tous les intervenants du domaine obstétrical. Gynécologue, omnipraticien, sache-femme, infirmière, conseillère en gestion de risque, obstétricien: les employés de l’obstétrique suivront ce programme basé sur des principes éprouvés. Avec cette approche, nous sommes plus sensibles, plus à l’affût des évènements qui peuvent survenir, fait savoir Sarah Dostie, gynécologue.

L’AMPRO vise l’amélioration des soins en obstétrique en misant sur un travail interdisciplinaire et en améliorant la qualité de vie au travail. La conseillère en gestion de risques, Michèle Archambault, s’est dite impressionnée de l’énergie et de la synergie entre les employés étant donné qu’ils doivent investir du temps personnel pour suivre la formation donnée via Internet.

D’ailleurs, pour que le programme soit mis en place, le ministère de la Santé et des Services sociaux demandait 90 % d’adhésion au sein des employés. À 100 %, les employés ont embarqué dans le projet. «Nous savons que ça va apporter plus à nos familles et à notre milieu de travail à long terme», explique Renée Riendeau, infirmière.

De meilleurs soins et une meilleure vie au travail découlent du fait qu’une nouvelle culture est créée où la sécurité du patient est la priorité de chacun et où la confiance et le respect règnent entre tous les professionnels de la santé.

Selon la chef de l’unité de services infirmiers, France Lebrun, l’AMPRO élimine la hiérarchie au sein des professionnels, ce qui est novateur dans le domaine hospitalier. «Ça crée moins de stress auprès du médecin», souligne-t-elle. Au bout du compte, lors d’une urgence, ils se sentent soutenus.

Déjà en place en Alberta, l’AMPRO a permis de réduire les risques d’évènements défavorables (hémorragie, césarienne, etc.) de 20 %. Aussi, ce programme permet d’améliorer la rétention et le recrutement de professionnels. «Ce n’est pas le but principal du programme, mais il a pour effet de retenir le personnel et ce n’est pas négligeable», souligne la gynécologue.

Ce programme canadien est si efficace qu’il s’étend aux États-Unis. Le Québec se donne trois ans pour rendre tous ses hôpitaux certifiés AMPRO. L’Hôpital Saint-Eustache fait partie de la première vague de centres hospitaliers à y adhérer. Chaque année, 1 500 accouchements sont effectués à l’établissement eustachois.

D’ici trois ans, les employés en obstétrique «parleront le même langage, auront les mêmes préoccupations et appliqueront la même approche clinique.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top