- PUBLICITÉ -
L’ex-député fédéral Gilles-A. Perron honoré

(Photo Yves Déry) - Nous reconnaissons Victor Smart, de la Légion royale canadienne, Suzanne Donnelly, de la Légion royale canadienne, Gilles-A. Perron, ancien député, Benoit Charette, député de Deux-Montagnes, Luc Renaud, du Royal 22e Régiment, et Marc Steben, du Royal 22e Régiment.

L’ex-député fédéral Gilles-A. Perron honoré

Médaille de l’Assemblée nationale du Québec

Le député de Deux-Montagnes, M. Benoit Charette, a organisé une fête surprise en l’honneur de l’ancien député fédéral de Rivière-des-Mille-Îles, M. Gilles-A. Perron.

Pour l’occasion, les amis, les anciens collègues et les membres de la famille de l’ancien député du Bloc québécois étaient présents. Pour clôturer la soirée, le député péquiste de Deux-Montagnes a remis la médaille de l’Assemblée nationale pour le dévouement dont il a fait preuve dans la gestion de ses dossiers.
«Je tiens à souligner que Gilles a toujours été parmi les députés du Bloc québécois ayant obtenu les plus fortes majorités, ce qui témoigne de l’attachement qu’avait la population pour lui. Ce que je tenais à honorer, c’est ce combat personnel de député et aussi de père et de grand-père qu’il a mené pour ces militaires qu’il a affectueusement appelés sa gang de tout croches», a précisé M. Charette.

Député du Bloc québécois pendant dix ans, de 1998 à 2008, Gilles-A. Perron s’est particulièrement illustré pour ses interventions dans le dossier des anciens combattants. Effectivement, au cours de ses mandats, M. Perron s’est impliqué pour faire reconnaître la contribution des combattants des guerres, ainsi que les besoins humains et psychologiques qui se rattachent au syndrome de stress post-traumatique.
«La médaille souligne que Gilles-A. Perron a été le premier député à Ottawa à sonner l’alarme pour ces membres des Forces armées canadiennes qui ont été confrontés à des expériences traumatisantes, mais qui n’ont pas reçu du gouvernement ni de l’armée le soutien nécessaire. Elle rappelle aussi que le conflit en Afghanistan va générer des séquelles parfois permanentes chez nos soldats, et qu’il faut voir à leur qualité de vie», a soutenu le député de Deux-Montagnes.

Visiblement ému de recevoir la Médaille de l’Assemblée nationale, Gilles-A. Perron a profité de l’occasion pour remercier le député de Deux-Montagnes. «Ç’a été formidable. Ce n’est pas une médaille qui est offerte à l’ancien député. Mais c’est plutôt un geste en faveur de faire reconnaître l’apport des anciens combattants de l’Armée canadienne», a expliqué Gilles-A. Perron.

Pour l’ancien député, la médaille de l’Assemblée nationale vient de reconnaître les 10 ans de sa vie au Parlement canadien. «J’ai été un député qui embrasse des causes», a conclu M. Perron, se disant satisfait de ses années au Parlement canadien.

Parmi les dossiers qui ont retenu l’attention de l’ancien député, notons le réchauffement climatique, l’étiquetage des aliments modifiés ainsi que la guerre en Irak. «Le dossier du réchauffement climatique, pour mes enfants, je ne peux pas rester indifférent», dit-il.

Où va-t-il installer sa médaille de l’Assemblée nationale? «La médaille aura une place de choix dans mon cœur. Elle sera placée sûrement dans mon salon ou dans la cuisine. Un endroit où je peux la voir chaque jour», a dit Gilles-A. Perron.
«Ces médailles de l’Assemblée nationale seront remises à des citoyens de Deux-Montagnes et de Saint-Eustache qui se sont illustrés et investis dans leur milieu. Je souhaite en remettre quatre annuellement et d’en faire une tradition qui pourrait se poursuivre lorsque je ne serai plus membre de l’Assemblée nationale», a conclu Benoit Charette.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top