- PUBLICITÉ -
Les priorités de Marie-France Daoust

Marie-France Daoust, candidate du PLQ dans Deux-Montagnes.

Les priorités de Marie-France Daoust

Candidate libérale dans Deux-Montagnes

Marie-France Daoust entend consacrer une grande partie de ses énergies à tenter de convaincre les électeurs de Deux-Montagnes qu’elle serait la meilleure députée pour défendre leurs intérêts dans les domaines de l’éducation, de la famille, des transports, de l’agriculture et de la santé.

Tels sont les thèmes qui ressortent du discours qu’a prononcé la candidate libérale devant une quinzaine de sympathisants, lundi dernier, à l’occasion de l’ouverture de son local électoral, qui sera situé au 73 du boulevard Arthur-Sauvé, à Saint-Eustache. «Il y a 50 % des élèves qui ne terminent pas leurs études secondaires en cinq ans», a dit Mme Daoust, qui dit se préoccuper du taux de décrochage. «Il en reste beaucoup à faire pour que les étudiants aient la flamme, qu’ils comprennent l’importance de l’école», poursuit-elle. Quant aux jeunes familles qui sont en attente d’une place en garderie, Mme Daoust n’a voulu prendre aucun engagement, pour l’instant, mais elle a fait valoir qu’elle voulait obtenir «sa part du gâteau» dans les quelques milliers de nouvelles places promises par le chef libéral.

En matière de transport, Mme Daoust note l’arrivée, à la gare Deux-Montagnes, de wagons à deux étages. Aidée par le maire de Deux-Montagnes, Marc Lauzon, qui le lui a rappelé, Marie-France Daoust a souligné le net manque de places de stationnement incitatif. Dans un tout autre ordre d’idées, elle dit vouloir s’attaquer au problème de la relève en agriculture et souligne l’importance de l’achat de produits québécois, comme elle dit le faire pour son commerce, le café-bistro Astoria.

En matière de santé, la candidate libérale rappelle que c’est le gouvernement Charest qui a mis en branle le projet d’agrandissement de l’Hôpital de Saint-Eustache. «J’entends travailler avec les organismes communautaires, parce que la santé part d’un noyau, et ces organismes communautaires là en sont une part importante», affirme-t-elle, promettant, par ailleurs, qu’«avec l’aide du gouvernement Charest, la Maison de soins palliatifs va rouvrir».
«Je veux être une députée à l’écoute de mes concitoyens et concitoyennes et je m’engage à représenter la population de Deux-Montagnes auprès du gouvernement du Québec, et non l’inverse», affirme-t-elle.

Pour la deuxième semaine consécutive, le député sortant d’Argenteuil, David Whissell, était présent lors d’une activité publique de la candidate libérale de Deux-Montagnes. «Si j’étais candidat dans Deux-Montagnes, je verrais en Marie-France Daoust une redoutable adversaire», a souligné d’entrée de jeu David Whissell, pour qui l’élection d’une députée libérale dans Deux-Montagnes est de l’ordre du possible. Après les politesses d’usage envers sa collègue, David Whissell est passé à l’attaque en s’en prenant à la notoriété de l’Action démocratique du Québec, affirmant qu’il s’en prenait «au parti dont je veux taire le nom, le parti d’une seule personne, d’un seul homme», Mario Dumont, évidemment. Il a aussi décoché quelques flèches en direction du Parti québécois: «En santé, on doit rappeler le passé du PQ. Lorsque Mme Marois dit qu’elle ne regrette rien, on ne peut pas lui faire confiance. Pendant les mises à la retraite des médecins, elle réduisait les inscriptions dans les facultés de médecine.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top