- PUBLICITÉ -
Les éléments se déchaînent

(Photo Yves Déry)

Les éléments se déchaînent

Boisbriand

Mini-tornade, rafales ascendantes, vents synoptiques, entonnoir nuageux, le vent n’avait pas fini de souffler que le débat s’animait quant à la façon de nommer exactement le phénomène météorologique qui venait de secouer ce quartier boisbriannais, le samedi 11 juillet, en début de soirée.

Chose certaine, les résidants du secteur touché dans la partie sud-ouest de la municipalité (de chaque côté de la Grande-Côte, près de la Grande-Allée) ont eu le souffle coupé au passage d’un vortex pour le moins menaçant qui a causé maints dégâts, renversant des arbres de bonne taille, arrachant des morceaux de toiture et de revêtements ici et là, de même que des fils électriques.

Allez faire un tour sur Youtube et vous pourrez mesurer l’ampleur de la chose, de même que l’angoisse palpable chez certains citoyens du secteur qui ont filmé le phénomène avant, pendant et après. Fort heureusement, personne n’a été blessé, bien que d’aucuns aient ressenti une bonne frousse, comme les quelque 120 clients du restaurant Chez Milot (qui demeure ouvert, précisent les propriétaires), dont le bâtiment a été sévèrement touché, tout comme celui de la station-service Olco, non loin de là.

Quatre jours plus tard, le mercredi 15 juillet, la Ville de Boisbriand émettait un communiqué confirmant qu’une tornade de force F1 (des vents d’environ 180 km/h) s’était bien abattue sur la municipalité.

On y rapporte que le Centre d’interprétation de la Nature (CIN), situé au bout de la rue Chavigny, a été rudement amoché. Une quarantaine d’arbres matures ont en effet été déracinés. Le CIN a également subi sa part de dommages, de telle sorte que la Ville aura à se prononcer sur son avenir.
«Je remercie chaleureusement toutes les équipes des services d’urgence impliqués pour leur excellent travail. Je demande la collaboration de la population afin de ne pas se déplacer à proximité du Centre d’interprétation de la nature, puisque d’importants travaux d’élagage sont en cours pour sécuriser l’endroit», de s’exprimer la mairesse Sylvie St-Jean.

On recommande également aux citoyens dont les propriétés ont été touchées par le cataclysme, de s’adresser directement à leur assureur.

Précautions
Évidemment, le phénomène est extrêmement rare, dans la région, il n’en demeure pas moins que rien n’assure que la chose ne se produira pas à nouveau. Or, il est toujours bon de connaître les précautions à prendre pour se protéger, en toute situation.

Ainsi, à l’approche de la tornade, si vous êtes à la maison, descendez au sous-sol. Si vous n’avez pas de sous-sol, on dit qu’une penderie ou une salle de bain demeurent des endroits assez sécuritaires. Il importe de retenir, que dans un cas comme dans l’autre, il est recommandé de se protéger la figure et la tête. Des objets peuvent voler, même à l’intérieur.

Si vous vous trouvez dans un immeuble construit en hauteur, évitez les ascenseurs et dirigez-vous plutôt vers la cage d’escalier ou la salle de bain. Évidemment, il faut éviter de rester dans une pièce vaste et percée de plusieurs fenêtres.

Si vous êtes en voiture, vous devez en sortir rapidement et vous éloigner du couloir de la tornade, dans un angle perpendiculaire. Il est alors recommandé de se coucher dans une cavité ou un fossé, et de se couvrir la tête et la poitrine. Sachez, par ailleurs, que vous n’avez rien à gagner en essayant de prendre la tornade de vitesse, ni d’aller dans le sens inverse du couloir, ni de contourner la tornade (à pied comme en voiture). Une tornade, précise-t-on, peut repasser plusieurs fois au même endroit.

Bien entendu, il est tout à fait à proscrire de se réfugier dans une maison mobile ou une roulotte.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top