- PUBLICITÉ -
L’Équipe des Marthelacquois s’engage en faveur des puits souterrains

(Photo Michel Chartrand) - Le chef, M. Richard Paquette, est accompagné de M. René Hébert, de Mme Tania Morency, de M. Raymond Binette et de Mme Martine Parent. MM. David Trépanier et Daniel B. Bisson étaient retenus pour leur travail.

L’Équipe des Marthelacquois s’engage en faveur des puits souterrains

Élections municipales à Sainte-Marthe-sur-le-Lac

L’Équipe des Marthelacquois a annoncé son principal engagement: régler définitivement le dossier de l’eau potable avec les puits souterrains.

Au cours de sa conférence de presse hebdomadaire à son local électoral, le mercredi 14 octobre dernier, M. Richard Paquette a ainsi voulu répliquer à M. Claude Amann, candidat à la mairie, «qui souhaite priver les citoyens de Sainte-Marthe-sur-le-Lac d’une occasion en or pour le développement de notre ville». «À plusieurs reprises pendant la dernière année, a dit M. Paquette, j’ai pris position en faveur des puits. Je me suis fait un devoir d’informer correctement la population sur ce sujet puisqu’il était impossible de compter sur la mairesse Paulus pour le faire. Son inaction reflète bien à quel point elle est déconnectée du sujet.»

Puis, le chef de l’EDM a poursuivi en mentionnant que le dossier de l’eau demeurait la priorité de son équipe. «Il s’agit là d’un projet collectif qui s’inscrit dans notre vision, a continué M. Paquette. Une vision où Sainte-Marthe-sur-le-Lac est plus autonome grâce à la mise en valeur de ses ressources. L’option des puits est la plus avantageuse pour les citoyens au niveau des coûts, de la qualité et de l’abondance.»

Rappelant ensuite que depuis 25 ans des investissements sont effectués dans l’usine de filtration de Deux-Montagnes afin de répondre aux normes gouvernementales et offrir ainsi une eau acceptable, M. Paquette a précisé que présentement, Deux-Montagnes et Sainte-Marthe-sur-le-Lac doivent investir 14 millions de dollars afin que l’usine de filtration puisse continuer ses opérations. À ce montant, les deux villes doivent ajouter 2 millions de dollars afin d’enrayer le goût et l’odeur de vase du lac des Deux Montagnes, en plus des frais annuels de 800 000 $. La mise aux normes doit aussi se répéter tous les 10 ou 15 ans.

Avec les puits souterrains, les frais d’opération annuels coûteront 150 000 $. De plus, la Ville n’aura rien à débourser pour le goût et l’odeur de vase parce que l’eau ne proviendra pas du lac des Deux Montagnes. «C’est très clair que l’option des puits est la moins dispendieuse pour les citoyens et leur compte de taxes», a soutenu le candidat à la mairie.

Une qualité exceptionnelle

Comparant ensuite la qualité des deux eaux, M. Paquette a ajouté que l’eau actuelle était puisée à une profondeur de seulement quelque 9 pieds dans le lac des Deux Montagnes avant d’être filtrée par plusieurs produits chimiques, alors que l’eau des puits sera filtrée de façon naturelle, étant puisée à 85 pieds de profondeur. De plus, des études d’experts, dont celle de M. Benoit Barbeau, ingénieur et titulaire de la Chaire en eau potable de l’École polytechnique de Montréal, «la qualité de l’eau des puits est exceptionnelle». De plus, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, la firme AGEOS et les représentants de la Ville, au cours d’une rencontre en mai dernier, ont recommandé d’aller de l’avant avec les puits. Mme Sonia Paulus n’a pas assisté à cette assemblée, a rappelé M. Paquette.

S’attaquant de nouveau à M. Claude Amann, M. Paquette s’est demandé, devant tous ces faits, pourquoi il voulait tant aller avec l’usine de filtration de Deux-Montagnes. Comme M. Amann est arrivé dans la Ville en 2006, il n’était donc pas là lorsque les Marthelacquois, à forte majorité, ont voté contre le projet de fusion avec la ville de Deux-Montagnes, en 2003. «Les citoyens ont signifié clairement qu’ils souhaitaient mettre de l’avant l’autonomie de Sainte-Marthe-sur-le-Lac et le projet d’approvisionnement en eau potable répond parfaitement à ce désir d’autonomie», a soutenu M. Paquette. En terminant, M. Paquette a invité les citoyens à consulter le site Internet de l’EDM: [www.edm2009.jindo.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top