- PUBLICITÉ -
Le maire Lauzon présente un budget déficitaire

Le maire de Deux-Montagnes, Marc Lauzon.

Le maire Lauzon présente un budget déficitaire

À Deux-Montagnes, pour 2010

«Le budget que notre Administration municipale dépose aujourd’hui marque une rupture avec le passé, car l’exercice 2010 sera en effet déficitaire.» C’est ainsi que le maire de Deux-Montagnes, Marc Lauzon, a introduit, au mois de décembre dernier, le budget 2010 de son administration.

Ayant promis, pour l’année 2010, de ne pas augmenter la taxe foncière, Marc Lauzon respectera son engagement, qui n’est pas sans conséquence. «Nous devrons puiser la somme de 584 600 $ dans le surplus accumulé au cours des quatre dernières années pour boucler le budget», a-t-il déclaré.

Le budget a été adopté par des votes de 4 contre 3, les conseillers de l’opposition (McAllister, Chayer et Bouvrette) étant opposés.

Les dépenses de fonctionnement augmenteront de près de 5 %, cette année, une variation qui s’explique par les augmentations incompressibles et aux salaires, qui totalisent plus d’un million de dollars.

Les revenus nets après les dépenses sont de 2 394 000 $. Prévoyant rembourser une partie de sa dette (2 636 500 $), la Ville accuse un déficit d’opérations pour l’année 2010 de 242 500 $. Une somme de 342 100 $ sera affectée pour la Réserve financière et les Fonds réservés, ce qui, avec le déficit, explique la nécessité pour la Ville de puiser dans son surplus accumulé.

Les efforts effectués au cours du dernier mandat pour réduire les dépenses ne suffisent pas, compte tenu des coûts des services publics et des dépenses nécessaires à une municipalité qui ne cessent d’augmenter.

Le maire Lauzon a expliqué une partie de cette situation par le manque de vision de ses prédécesseurs qui n’ont pas cru bon développer la municipalité sous trois volets équilibrés: résidentiel, commercial et industriel, ce qui aurait permis, dit-il, de générer des revenus et, aux propriétaires résidentiels, de ne pas être les seuls à payer.

Les taxes de services connaîtront une croissance selon les «variations directement reliées à l’augmentation des dépenses». Les taxes d’eau et d’égout seront augmentées de 5 $. Quant à la taxe sur les matières résiduelles, elle augmentera considérablement en raison d’une croissance exponentielle des coûts d’enfouissement imposés par le site de Lachute. «Selon nos procureurs, la Régie n’aurait pas respecté ses engagements et nous envisageons d’intenter une poursuite contre elle. Pour 2010, cette variation devra se traduire par une différence de 36 $ sur le compte de taxe», a fait savoir M. Lauzon.

Les Deux-Montagnais remarqueront une variation de 10 $ pour le transport en commun, conséquence du partage des infrastructures métropolitaines et de nouvelles dessertes par l’AMT ou de la CIT.
«Nous croyons qu’il faut nous diriger vers une politique d’utilisateurs/payeurs, mentionne-t-il. Par exemple, nous donnons accès à des cours (à coût moindre que le prix coûtant). Nous exigeons une somme dérisoire pour les camps de jour. Nous avons là des économies possibles de 100 000 $ pour notre ville.»

La Ville continuera de rembourser le contrat d’asphalte conclu en 2003. Cette taxe représente 0,025 $ du 100 $ d’évaluation. Une taxe spéciale pour l’environnement, de 0,019 $ du 100 $ d’évaluation, sera ajoutée. Elle servira à honorer le nouveau contrat de déneigement, l’augmentation de la quote-part de la Régie des eaux usées et à financer le contrôle des insectes piqueurs.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top