- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

L’avenir d’un terrain vacant sur le chemin d’Oka inquiète

Dépôt d’une pétition à Deux-Montagnes

Le développement futur d’un terrain vacant situé sur le chemin d’Oka, à Deux-Montagnes, entre la 26e Avenue et la 28e Avenue, suscite bien des inquiétudes, alors que les citoyens riverains craignent un changement de zonage. Une pétition en faveur du maintien du zonage résidentiel unifamilial isolé et comptant 342 noms a d’ailleurs été déposée au conseil municipal lors de la séance du 13 janvier dernier.

«Nous nous opposons donc à toute modification du zonage dans notre secteur (zone R1-43) pour passer à du résidentiel multifamilial, peu importe l’envergure de ses habitations. C’est dans une très large majorité que nous nous sommes prononcés, conformément à une demande éventuelle de référendum. Encore une fois, la volonté des citoyens est très claire», est-il écrit sur le document dont copie sera également remise au comité citoyen sur le développement, à Benoît Dumoulin, de GBD Construction (promoteur du terrain en question), et Mario Saint-Charles, conseiller municipal du quartier concerné.

Essentiellement composé de maisons unifamiliales, ce secteur a déjà subi une modification, il y a deux ans, passant d’un zonage public à résidentiel. Le 14 décembre dernier, lors d’une rencontre des membres du comité citoyen sur le développement, le maire Marc Lauzon a proposé de réviser, entre autres, le zonage de secteur en question afin d’y permettre du développement résidentiel multifamilial à haute densité. La possibilité d’y construire des bâtiments de 2 ½ étages a été avancée. Ce qui n’est pas sans soulever quelques inquiétudes.

«Nous voulons maintenir cette homogénéité du développement résidentiel dans notre quartier, nous permettant ainsi de conserver cette qualité de vie que la Ville a toujours défendue. De plus, nous voulons protéger la valeur de nos propriétés», a-t-on écrit un peu plus loin.

Développement futur de la ville

Au-delà de la position défendue par les citoyens de ce quartier, il y a aussi, selon le document présenté, leur volonté de contribuer au développement futur de la ville pourvu que soit mis de l’avant un plan directeur d’urbanisme qui formulerait des objectifs pour la communauté à partir de critères tant fonctionnels, environnementaux, physiques que socio-économiques. «Nous avons à cœur l’aménagement du territoire de notre ville inscrit dans celui de la MRC. Mais nous voulons une vision à long terme et non à court terme», ajoute-t-on.

Dans un long plaidoyer, le maire tenu à rassurer les gens, assurant qu’avant toute chose, des consultations publiques seront mises de l’avant, mais qu’il fallait tout de même garder en tête que pour éviter des hausses substantielles de taxes année après année, des changements devront survenir. «Si chaque fois qu’il y a des projets dans la ville, on choisit les plus petits, ce sera difficile d’apporter des changements. Mais on va faire les démarches nécessaires et nous comptons sur la bonne foi de gens», a-t-il dit. Reste qu’au final, a-t-il répété, la décision des citoyens prévaudra.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top