- PUBLICITÉ -
Lancement de la Fondation René Forget

Photo Hugo Vincent - L’humoriste René Forget a lancé une fondation qui porte son nom.

Lancement de la Fondation René Forget

Lutter pour faire reconnaître l’obésité comme une maladie

La Fondation René Forget a officiellement été lancée à l’occasion d’une récente soirée tout en humour présentée au Centre d’art La petite église, à Saint-Eustache. Plus de 120 personnes étaient présentes pour assister au spectacle d’humour concocté pour leur plus grand plaisir. L’ensemble des fonds servira à lancer le site Web de la Fondation qui lutte pour faire reconnaître l’obésité comme une maladie.

Les spectateurs ont eu la chance de se sucrer le bec avec de petites bouchées qui restaient du souper d’avant-spectacle, et qui ont été élaborées par la conjointe de René Forget, Véronik Lacombe. Une petite attention qui a mis le sourire aux lèvres de plusieurs en attendant le début de la soirée.

Le très dynamique Pascal Babin a accueilli la salle en présentant le fondateur qui s’est adressé au public. «Merci d’être venu aussi nombreux», s’est exprimé René Forget avant d’expliquer son problème de santé et par où il est passé au cours des dernières années. Il a affirmé: «Je suis en route vers la santé. Le bonheur, c’est un choix. J’ai reçu beaucoup de choses de beaucoup de monde.»

Il a remercié tous ceux qui l’ont appuyé dans ses démarches. Il a d’ailleurs annoncé en primeur que Body Shop a décidé de lui fournir un entraîneur privé jusqu’à ce qu’il regagne la santé. Une nouvelle qui a été reçue par des applaudissements de la foule.

Pascal Babin a repris les rênes pour faire rire le public quelques instants avec un questionnaire absurde avant de présenter le premier invité, Martin Dubé. «Vous êtes vraiment le fun. Je suis choyé d’être ici ce soir. René Forget et ceux qui l’entourent sont des personnes formidables. Il fallait absolument que je sois là, pour eux et pour la cause», s’est adressé l’imitateur avant d’amener la salle dans un voyage musical. Il a démontré son talent à travers notamment l’imitation de Ray Charles, James Blunt, mais le plus impressionnant a été Édith Piaf et Maria Callas. Sa voix puissante et d’opéra lui a également permis de faire un Pavarotti que la salle a su apprécier.

Par la suite, l’animateur Babin fut de retour offrant un sketch de voiture de course avec la nutritionniste de René, Évelyne Bergevain, qui ne savait rien de la chose. Un moment complètement délirant lorsque Pascal a décidé de lui faire une danse sexy toute bedaine dehors. Comme Jean-Marie Corbeil a eu un empêchement, c’est René Forget qui a pris l’espace, pour performer sur scène avec son humour tranchant, parfois politiquement incorrect et audacieux. Ses thèmes ont tourné autour, entre autres, de sa condition, de son côté rancunier, de politique, de sexualité et de langue française. Le tout dans un rythme très dynamique. Il a notamment interprété la tirade du gros inspiré de Cyrano de Bergerac.

La conjointe de René, Véronik Lacombe, s’est dite très satisfaite du souper qui a précédé le spectacle et qui regroupait des gens d’affaires. «On est très contents de la soirée», a-t-elle déclaré. Elle a annoncé que la Fondation prévoit récidiver avec un spectacle de plus grande envergure sur la Rive-Nord en automne prochain.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top