- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

L’actualité en bref – 26 mars 2011

Prendre soin de nos familles

Dans le but de souligner qu’il existe une alternative humaine et responsable au gouvernement Harper, le Parti libéral présente son plan en vue de mieux soutenir les aidants naturels, a déclaré aujourd’hui Denis Joannette, candidat libéral pour la circonscription de Rivière-des-Mille-Îles.

«Les soins à domicile font partie intégrante de notre système de soins de santé. Pourtant, les conservateurs n’ont rien fait pour reconnaître le rôle déterminant des aidants naturels», a déclaré Denis Joannette. «Un gouvernement libéral ferait les choses autrement, surtout parce que notre population vieillissante aura davantage besoin de notre système de soins de santé de première ligne.»

En empêchant les baisses d’impôts des entreprises de 6 milliards de dollars prévues par les conservateurs, un futur gouvernement libéral pourra assurer aux aidants naturels un soutien financé de manière responsable grâce au prolongement du congé pour raisons familiales et à des mesures de soutien financier qui réduiront les coûts d’un retrait du marché du travail motivé par la nécessité de dispenser des soins à domicile.

Une véritable réforme de l’assurance-emploi

Le député d’Argenteuil-Papineau-Mirabel, Mario Laframboise, a lancé un appel afin que le gouvernement Harper cesse de maintenir les travailleuses et les travailleurs dans l’insécurité et qu’il rende permanents les mesures transitoires et les projets pilotes qui viendront à échéance d’ici quatre mois.

«Au temps où ils étaient dans l’opposition, les conservateurs ont reconnu les problèmes immenses engendrés par les modifications à l’assurance-emploi intervenues au cours des vingt dernières années. Or, cinq ans après leur arrivée au pouvoir, nous nous retrouvons dans une situation où non seulement les moyens n’ont pas été mis en œuvre pour corriger les injustices entraînées par ce mauvais régime, mais, de plus, les mesures transitoires mises sur pied pour remédier au plus urgent ne seront plus disponibles, plusieurs ayant déjà commencé à venir à échéance», a rappelé Mario Laframboise.

«En collaboration avec les principaux intervenants du milieu, le Bloc québécois a mis sur la table une série de propositions qui visent à corriger de façon durable les injustices du système d’assurance-emploi, notamment par l’abolition du délai de carence, l’uniformisation du seuil d’admissibilité à 360 heures, le calcul des prestations sur la base des douze meilleures semaines de gains assurables, un taux de remplacement des prestations établi à 60 % du salaire assurable ainsi qu’une hausse permanente de la durée des prestations», a conclu Mario Laframboise.

Bonification du budget de l’initiative Emplois d’été

Le Bloc québécois se réjouit de l’adoption de la motion qu’il a déposée en décembre 2010 au Comité des ressources humaines et du développement des compétences afin de réclamer la bonification du budget destiné à l’initiative Emplois d’été en fonction de la croissance du salaire horaire minimum et du coût de la vie.

«Alors que le salaire minimum et le coût de la vie augmentent d’année en année, le gouvernement conservateur refuse de bonifier l’enveloppe allouée au programme Emplois d’été. En effet, le salaire minimum au Québec a bondi depuis l’année de référence qui est 2006: alors de 7,75 $, il s’élevait à 9,50 $ en 2010 et il atteindra 9,65 $ le 1er mai 2011. Pour suivre les hausses du salaire minimum et du coût de la vie, le budget de l’initiative Emplois d’été pour 2011 devrait être d’environ 123,5 millions de dollars. Or, la décision du gouvernement Harper en janvier dernier de maintenir le budget à 107,5 millions s’explique mal, puisqu’elle cause un manque à gagner de près de 16 millions, dont près de 4 millions pour le Québec, pour revenir au niveau de 2006 et permettre à un même nombre de jeunes de bénéficier du programme», a expliqué Mario Laframboise.

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top