- PUBLICITÉ -
La maison Leblanc: un véritable témoin du passé

(Photo Pierre Latour) - Le conférencier invité par la Société d’histoire régionale de Deux-Montagnes, Nicolas Rossi.

La maison Leblanc: un véritable témoin du passé

Un bâtiment à valeur patrimoniale

La maison Leblanc, un bâtiment à valeur patrimoniale situé à Saint-Eustache, a été construite par Édouard Lefebvre en 1853, entre la route et la rivière du Chicot.

Elle a été érigée sur la terre acquise de la famille Doré par la famille Lefebvre en 1820. «La famille Lefebvre est assez importante dans l’histoire de Saint-Eustache, dit Nicolas Rossi. Cette famille de cultivateurs est déjà installée sur le chemin de la Grande-Côte. Édouard Lefebvre a occupé plusieurs fonctions importantes. À sa mort, il a été enterré sous l’église, ce qui donne une idée de son importance.» Lefebvre a acquis ces terres parce qu’il voulait ensuite les redistribuer à ses enfants.

La maison de pierres est alors de forme rectangulaire de 43 pieds par 30 pieds. Ses murs sont très épais (48 pouces d’épaisseur à la base et 30 pouces dans la partie haute) et sont assemblés à l’aide de mortier de chaux (eau, sable et chaux). «Un bon mortier pour l’époque», souligne M. Rossi. Ce genre de construction a l’avantage d’être solide et durable, notamment en cas d’incendie. Ce type de construction est aussi plus prestigieux qu’une autre construite en bois. «Par contre, son prix de construction est élevé et l’accessibilité aux matériaux est plus difficile», note le conférencier. Édouard Lefebvre vendra ensuite sa propriété à son gendre, Cyrille Champagne. «Ce sera le plus riche propriétaire de la maison.» Champagne a occupé plusieurs fonctions importantes à Saint-Eustache, dont trésorier de la commission scolaire de l’époque, et il fait partie de la fabrique de la paroisse. Il participe à plusieurs projets à Saint-Eustache. Son fils fréquentera l’Université Laval et poursuivra ses études à Paris. «Il est peu probable qu’il ait cultivé la terre, étant donné sa profession», note Nicolas Rossi.

Au début du 20e siècle, entre 1903 et 1916, la maison Leblanc passe entre les mains de plusieurs propriétaires, notamment des Lesage et des Bennet. De cette année-là jusqu’en 1946, elle est la propriété de la famille Bélanger. De 1946 à aujourd’hui, la maison a été la propriété de la famille Leblanc: tout d’abord, Rosaire et Marguerite Leblanc, puis Ronald Leblanc (un de leurs enfants) et Line Martel.

Durant une partie de la conférence donnée par M. Rossi au Centre d’art La petite église, on a présenté plusieurs photos et illustrations d’époque de la maison, provenant de la collection personnelle des actuels propriétaires; certaines datent de l’époque d’Édouard Lefebvre. Prise à vol d’oiseau, l’une des photos présente la maison, mais aussi le garage situé dans la cour arrière. L’aménagement extérieur reste assez dépouillé, comme en font foi des photographies de la maison prises jusqu’en 2006.

Des rénovations sont entreprises par la suite, et verront un garage être érigé à la droite de la maison – dont le style épousera l’architecture de la maison, typiquement nommée «maison canadienne» – de même que l’ajout d’une entrée de cave à sa gauche et d’aménagements paysagers devant et autour de la maison.

En fin de conférence, le propriétaire actuel, Ronald Leblanc, a souligné la grande ingéniosité des constructeurs, compte tenu des possibilités techniques de l’époque. Il a conclu en rendant hommage à Rosaire et Marguerite Leblanc.

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top