- PUBLICITÉ -
La magie opère dans le salon du couple David

(Photo Michel Chartrand) - Francine David est visiblement fière de son village de Noël dans

La magie opère dans le salon du couple David

De Saint-Eustache

La fête de Noël est, pour plusieurs, une occasion de retourner en enfance. Par les yeux brillants des enfants dans l’attente, par les milliers de lumières colorées qui éclairent les maisons, par les réunions familiales, la magie est souvent au rendez-vous pour qui sait l’apercevoir.

De Saint-Eustache, le couple Daniel et Francine David vit son temps des fêtes à partager une passion qui prend de l’ampleur année après année: celle de construire un village de Noël. Les maisons de carton de son enfance ont fait place à des maisons de porcelaine.

D’une superficie de 6 sur 13 pieds, le village de Francine (surtout!) est complet. En haut à droite, on retrouve le pôle Nord et ses ours polaires, juste à côté, la maison du père Noël et des arbres de bonbons.

Il y a un quartier rustique avec cabane à sucre et maisons en bois rond. Autour du lac, un immense quai avec ses pêcheurs et son phare. Une rue des artistes et un parc d’attractions ont également été aménagés.

La particularité du village du couple, c’est que ses plateformes et quelques éléments ont été conçus par eux. Les parois rocheuses, la rivière, le belvédère font partie de leurs créations. C’est sans compter le ciel étoilé en guise de trame de fond.
«J’ai commencé en 1994 par une dizaine de maisons, raconte Francine David. Avec les années, le village a grandi. Nous avons construit des plateformes parce que j’étais tannée des boîtes de carton empilées. Nous bricolons beaucoup maintenant.»

Il lui en a pris une dizaine de jours pour le voir finalement tout installé dans la salle de séjour. Les connexions électriques sont à prévoir pour permettre l’illumination des lampadaires, des quelque 44 maisons, ainsi que le fonctionnement du train et de l’autobus. C’est le dossier de M. David.

Effectivement, parmi les coins du village intéressants, il y a l’école primaire avec son parc et ses balançoires. Autour, un autobus roule sur la rue en boucle. À côté, la patinoire extérieure avec ses hockeyeurs et ses spectateurs dans les estrades. Par ailleurs entre 300 et 400 personnages donnent vie au village. «Quand j’ai commencé, je me suis dit que j’allais m’amuser, mais je ne pensais pas que ce serait aussi gros», assure-t-elle.

Pour leur fils, Louis-Philippe, qui étudie en médecine, le village comprend évidemment un hôpital et une pharmacie. Une chocolaterie rappelle également l’autre passe-temps de Mme David, celui de confectionner de délicieux chocolats fourrés.
«Noël pour moi, c’est magique. Mon propre anniversaire, ça ne me dérange pas de ne pas la fêter, mais Noël c’est important», soutient-elle.

Retraité depuis deux ans, le couple qui s’est fait prendre au jeu a amorcé la construction d’un village permanent dans leur sous-sol. «C’est amusant parce qu’on partage le même passe-temps», conclut Daniel David.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top