- PUBLICITÉ -
La cinquième édition de la Marche pour la paix

Victor Henry, président du Club Optimiste Saint-Eustache, et Diane Malouin, responsable du comité de la Marche pour la paix, posent avec une réplique de la mascotte Toupaix du programme TROP-PEACE, qui fait la promotion de la non-violence dans les écoles du Québec.

La cinquième édition de la Marche pour la paix

Le dimanche 27 septembre

La cinquième édition de la Marche pour la paix orchestrée par le Club Optimiste Saint-Eustache, en collaboration avec la Ville de Saint-Eustache, se tiendra le dimanche 27 septembre à compter de 10 heures.

L’organisation souhaite rassembler au moins 1 000 marcheurs qui prendront le départ à partir de trois points de rassemblement différents pour un parcours de cinq kilomètres. À mi-parcours, les trois groupes se retrouveront à l’intersection de la rue Saint-Eustache et du boulevard Pie-XII à Saint-Eustache. Tous les marcheurs feront le reste du trajet ensemble pour terminer leur marche vers 11 h 15, à la promenade Paul-Sauvé située derrière l’église Saint-Eustache. Un service de navette assurera le retour des marcheurs vers leur point de départ entre midi et 13 h 30.
«Avec cette activité, nous voulons ramener la notion de respect. Il y a beaucoup de travail à faire, car il y a beaucoup trop de violence. C’est un évènement fort important. On peut facilement faire cette activité en famille. Année après année, lorsqu’on voit tous les citoyens déambuler dans les rues pour une même cause, on ne peut que se réjouir», a déclaré Victor Henry, président du Club Optimiste Saint-Eustache.

Le jeune Olivier Houle, 17 ans, président du Club Octogone SMAT (Super membre actif travaillant), a accepté d’être le porte-parole de la cinquième édition. Olivier a pris le temps de bien réfléchir sur le sujet et a écrit un texte très intéressant. En voici quelques extraits: «La violence suit habituellement la colère, celle-ci étant elle-même une émotion humaine tout à fait ordinaire et banale. La violence prend plusieurs formes. Agressions verbales et physiques, intimidation et menaces ne sont que quelques exemples…»
«La patience, la tolérance et l’ouverture d’esprit sont des aspects importants du contraire de la violence. La paix est bien souvent, et même trop souvent, éphémère. Avant de faire la paix à l’extérieur, il faut commencer par l’intérieur. Voilà pourquoi je crois que cette marche est un geste concret. Elle permet de faire la paix avec nous-même, tout en ayant un impact sur ce qui nous entoure…»
«La violence n’est la solution à rien, mais le problème de tout. Avec la clef, on ouvre le coffre pour y découvrir un trésor. La sensibilisation est la clef, l’esprit est le coffre et la tolérance est le trésor qui se trouve à l’intérieur.»

Les trois points de départ seront le Centre communautaire Rivière-Nord, situé au 706, rue Primeau, à Saint-Eustache, la Maison des bénévoles Madeleine-Duquette, située au 147, rue Saint-Laurent, à Saint-Eustache, et la gare Deux-Montagnes, située au 400, boulevard de Deux-Montagnes, à Deux-Montagnes.

Les participants sont invités à s’habiller en blanc, couleur internationale de la paix, et à se munir d’instruments bruyants afin d’animer la marche. Banderoles, drapeaux ou fanions évoquant le thème de la paix sont également bienvenus.

L’initiatrice du projet est Sylvie Cloutier, une bénévole Optimiste de longue date, et conseillère municipale de Saint-Eustache. Les organisateurs tiennent à souligner l’implication des organisations telles que la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles, la Ville de Deux-Montagnes, le Club Optimiste de Deux-Montagnes et le Mouvement Personne d’Abord de Saint-Eustache.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top