- PUBLICITÉ -
Joannette surpris de la défaite

Photo Pierre Latour

Joannette surpris de la défaite

Dans Rivière-des-Mille-Îles

Le candidat du Parti libéral dans Rivière-des-Mille-Îles, Denis Joannette, avait peine à expliquer le résultat des élections fédérales de lundi dernier. «La démocratie a parlé, je suis surpris, vraiment beaucoup. Je comptais avoir une chance.», a-t-il dit à son arrivée à la salle des Vétérans, à Deux-Montagnes.

M. Joannette a affirmé avoir reçu un accueil très positif et beaucoup d’appuis de la part des citoyens de la circonscription de Rivière-des-Mille-Îles, mais même après sept mois de campagne intensive à temps plein et plusieurs années comme militant au sein du Parti libéral, il avait l’air plus que déçu du résultat. Il a même perdu du terrain par rapport aux appuis qu’il avait obtenus durant la campagne de 2008, passant de 8 823 à exactement 5 300 voix.

Quelle est son opinion du gouvernement conservateur majoritaire élu à Ottawa? «Ça fait peur, mais c’est le choix des Canadiens», a-t-il dit, estimant qu’il fallait respecter la chose. Il est d’autant plus surpris de la défaite du chef libéral Michael Ignatieff, qu’il considère que ce dernier, battu de surcroit dans son propre comté, a «mené une belle campagne, sans accroc».

 Avant de poursuivre son action politique, Denis Joannette a dit avoir besoin de vacances. «J’ai besoin de réfléchir, de laisser retomber la poussière. Ensuite, on verra la suite des choses.» L’ex-candidate libérale Paule Fortier était, entre autres, du nombre de la vingtaine de partisans venus soutenir le candidat défait.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la machine néo-démocrate a eu du mal à absorber sa propre vague de popularité au Québec, ne serait-ce que d’un point de vue médiatique.

Lundi dernier, le soir de son élection, il a été impossible d’obtenir une entrevue avec la nouvelle députée du Nouveau parti démocratique dans Rivière-des-Mille-Îles, Lauren Liu, qui a battu son plus proche opposant, le bloquiste Luc Desnoyers, par plus de 10 000 voix. Après avoir tenté d’entrer en communication avec elle via une série de numéros de téléphone fournis lundi après-midi, on nous a dit qu’on allait tenter de la joindre. Au moment de mettre sous presse, Mme Liu n’avait toujours pas communiqué avec le journal. Vraisemblablement, elle n’était pas non plus dans la région pour célébrer sa victoire.

Au moment de mettre sous presse, la candidate du Parti conservateur, Lucie Leblanc, n’avait pas non plus retourné nos appels.

 

 

 

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top