- PUBLICITÉ -

Entourant le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, on reconnaît Yves St-Onge, président-directeur général adjoint du CISSS des Laurentides, Guy Ouellette, député de Chomedey, Christine St-Pierre, ministre responsable de la région des Laurentides, Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Protection de la jeunesse, ainsi que le député de Groulx, Claude Surprenant et des travailleuses du milieu de la jeunesse. Photo Christian Assellin

Christine St-Pierre, ministre responsable de la région des Laurentides. Photo Christian Asselin
Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Protection de la jeunesse. Photo Christian Asselin
Yves St-Onge, président-directeur général adjoint du CISSS des Laurentides, s’est réjoui de cette annonce. Photo Christian Asselin

Gaétan Barrette confirme la construction d’un centre jeunesse

Au coût de 110 M$

Comme nous l’annoncions en février dernier, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a confirmé, vendredi, la construction à Sainte-Thérèse d’un tout nouveau centre de réadaptation pour jeunes en difficulté d’adaptation. Le coût estimé du projet est de 110 M$. Il devrait voir le jour quelque part en 2023.

 

Accompagné des ministres Christine St-Pierre et Lucie Charlebois de même que d’Yves St-Onge, président-directeur général adjoint du CISSS des Laurentides, et Sabrina Chartrand, candidate libérale dans la circonscription de Groulx aux prochaines élections provinciales, M. Barrette a dit de cette annonce qu’elle était «l’une des plus importantes» qu’il aura faites au cours de son mandat.

«C’est l’annonce qui démontre le plus ce qu’est l’essence, le fondement du ministère de la Santé et des Services sociaux, a mentionné Gaétan Barrette. La réadaptation de la jeunesse, c’est notre futur. Il y a des interventions que l’on doit faire et cela nécessite des investissements!» a-t-il insisté avant de préciser qu’il souhaite faire de ce projet d’envergure, «un modèle pour l’ensemble du Québec» .

«Ce sera l’un des gros centres de ce type-là au Québec. On le veut au-dessus de notre moyenne, d’où l’importance de l’investissement» .

12 000 mètres carrés

C’est en raison du piètre état des installations de Saint-Jérôme et de Sainte-Sophie, dans lesquelles sont actuellement hébergés 90 jeunes en difficulté, que l’on construira, à Sainte-Thérèse, cette nouvelle bâtisse d’une superficie de 12 000 mètres carrés à laquelle s’ajoutera un aménagement extérieur de près de 9700 mètres carrés.

Les jeunes qu’on y hébergera auront accès à des infrastructures modernes dans lesquelles on retrouvera notamment un laboratoire pour l’enseignement des sciences, une salle de musique, un gymnase, un terrain de soccer extérieur et une patinoire extérieure.

«Bref, de renchérir le ministre de la Santé, toutes les choses qui sont nécessaires à l’épanouissement de ces jeunes-là. Ce sera un hébergement convivial, ouvert, qui va permettre de faire en sorte que les intervenants puissent donner des services de grande qualité.»

Notons que 60 autres jeunes en difficulté ou présentant une déficience mentale ou physique ou encore un trouble du spectre de l’autisme continueront d’être accueillis à Huberdeau.

«Un ange gardien»

Pour expliquer l’aboutissement de ce projet, Gaétan Barrette n’a pas manqué de saluer le travail de ses collègues ministres, Christine St-Pierre, ministre responsable de la région des Laurentides, et Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Protection de la jeunesse. Au sujet de Mme St-Pierre, il l’a qualifiée «d’ange gardien des Laurentides» . «Ce dossier, elle l’a défendu à cœur et avec cœur» , a dit M. Barrette.

Quant à Mme Charlebois, il a affirmé qu’elle avait piloté ce dossier «avec beaucoup de brio, d’intensité, d’attention et d’affection» .

«En tant que société, a-t-elle indiqué, remerciant au passage, pour leur dévotion, celles et ceux qui œuvrent au sein des centres jeunesse, nous avons le devoir de fournir aux adolescents en difficulté les meilleurs outils possible pour développer leur plein potentiel. Les jeunes sont l’avenir de notre société et il est de notre devoir de veiller à leur bien-être» .

Et pour ceux qui douteraient des avancées de ce projet si jamais un changement de gouvernement devait survenir en octobre prochain, Gaétan Barrette a été bien clair à ce sujet.

«Le projet est inscrit au PQI (Plan québécois des infrastructures). La prochaine étape, c’est la construction. Le projet va se réaliser!» a-t-il assuré.

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top