- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Fini les sacs de plastique à partir du 1er juillet!

À Deux-Montagnes

Le virage vert de la Ville de Deux-Montagnes prend un nouveau tournant. À partir du 1er juillet 2009, les commerces de son territoire ne pourront plus distribuer et vendre des sacs d’emplettes faits de plastique.

Après avoir donné avis de motion de ce nouveau règlement en février dernier, la Ville l’a adopté le jeudi 12 mars, lors de sa séance municipale. Pour appuyer sa décision, la Municipalité distribuera gratuitement 5 000 sacs réutilisables à ses résidants. Des amendes sont prévues au règlement pour les commerçants pouvant aller entre 100 $ et 500 $ à la première infraction et entre 500 $ et 1000 $ à la deuxième. Le maire Marc Lauzon assure que le règlement sera appliqué.

Le directeur du supermarché IGA Crevier, situé à Deux-Montagnes, Benoit Pepin, a assisté à la séance et a lu une lettre au nom du commerce. Le détaillant a exposé le point de vue plutôt tiède de la famille Crevier à l’égard de ce règlement.

Contrairement à ce que la Ville indique dans sa résolution, à savoir que les commerçants de la Ville peuvent réduire leurs coûts en ne distribuant plus de sacs d’emplettes uniservices, il déclare le contraire. «Un sondage maison effectué auprès de notre clientèle nous démontre clairement que les clients ne sont pas tous prêts à payer la différence entre le plastique et le papier. C’est vrai par contre que nos ventes de sacs réutilisables ainsi que nos ventes de sacs à ordures, qui en passant sont fabriqués avec plus de plastique que les sacs que vous voulez réglementer, vont augmenter.»

M. Pepin a poursuivi sa lecture en affirmant que d’après l’avis de Recyc-Québec publié en novembre 2007, les sacs de plastique demeurent l’option à retenir après le sac réutilisable, avant même les sacs biodégradables et les sacs de papier.

Pour éviter que la clientèle de l’épicerie ne se déplace vers d’autres détaillants, la famille Crevier devra lui offrir une solution de remplacement à peu de frais, soit le sac de papier. «Lequel serait plus dommageable pour l’environnement que le sac de plastique, toujours selon l’Avis de Recyc-Québec», soutient M. Pepin.

Le directeur a d’ailleurs souligné qu’à Huntingdon, première municipalité du Québec à avoir adopté un tel règlement, le sac de papier demeure une solution couramment utilisée. «Les sacs de plastique représentent moins de 2 % de l’ensemble des déchets générés au Québec par le secteur résidentiel contre 47 % pour les matières compostables. De ce fait, l’élaboration d’un projet de compostage à Deux-Montagnes pourrait entraîner un impact beaucoup plus significatif pour l’environnement de vos citoyens et de nos clients», a-t-il lu.

M. Pepin a conclu en assurant la Municipalité que l’établissement agirait «en bon citoyen corporatif» et qu’il se conformerait à la nouvelle réglementation malgré ses réticences. «Nous allons faire la promotion de façon plus rigoureuse des sacs réutilisables que nous vendons déjà dans notre entreprise», a-t-il annoncé.

Le maire Lauzon a réaffirmé l’intention de son administration d’aller de l’avant avec le projet, soulignant que la majorité des commerçants étaient en faveur dudit règlement. Le règlement ayant pour objet d’interdire la distribution et la vente de sacs d’emplettes uniservices fabriqués de plastique, a été adopté quelques minutes plus tard.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top