- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Fermeture d’une garderie privée à Deux-Montagnes

La DPJ enquête

La garderie privée Le Jardin des frimousses, située dans la 2e Avenue, à Deux-Montagnes, a dû fermer ses portes à la suite de la visite impromptue d’agents de la DPJ et du Service de police régionale de Deux-Montagnes.

C’est avec une plainte pour négligence envers des enfants que les agents se sont pointés à la garderie le 30 septembre dernier. Ils ont eu la surprise de découvrir un nombre impressionnant de 18 bambins alors que la limite permise par le ministère de la Famille est de six enfants pour les garderies à la maison. De plus, la propriétaire, Nathalie Girard, n’a jamais eu de permis.

Parmi les 18 enfants, les agents en ont retrouvé huit d’entre eux attachés dans un siège d’auto et camouflés entre la maison et une haie de cèdres. Les autorités ont immédiatement contacté les parents pour qu’ils viennent récupérer leurs enfants, dont la santé et la sécurité étaient menacées dans cette résidence. Le 6 octobre, un avis ministériel a été acheminé à la garderie fautive afin qu’elle cesse ses activités.

Dans une entrevue accordée au Journal de Montréal, Nathalie Girard prétend que c’est la panique de voir des policiers arrivés chez elle qui l’a poussée à cacher les enfants à l’extérieur de sa garderie. «La police m’a traitée comme une sauvage et ils se sont introduits de façon abusive chez moi. Je ne suis quand même pas une criminelle», a-t-elle décrié.

Par ailleurs, la propriétaire de la garderie soutient qu’elle prévoyait se procurer un permis dans les semaines à venir et que cette intervention l’a prise de court. Il faut toutefois préciser qu’elle exploite cette garderie depuis trois ans. La résidence est maintenant à vendre.

Toujours selon l’article du Journal de Montréal, la DPJ a confirmé qu’une enquête est en cours. «Certains faits restent à être validés, mais nous nous sommes assurés qu’aucun enfant n’est plus dans une situation à risque», a indiqué Joël Villeneuve, chef de service à l’accueil de la DPJ.

Le ministère de la Famille, en collaboration avec l’Association des garderies privées du Québec, recommande aux parents de demander à voir le permis en règle de la garderie, de faire des visites impromptues à la garderie et de porter plainte soit à la DPJ ou à la police dès que des soupçons de gestion illicite sont apparents.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top