- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Émission de permis de construction: trois réalités différentes

À Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Mirabel et Deux-Montagnes

Si les villes de Sainte-Marthe-sur-le-Lac et de Mirabel ont toutes deux connu une croissance quant au nombre et à la valeur des permis de construction sur leurs territoires entre 2009 et 2010, les deux villes tablent sur des perspectives de croissance différentes. Quant à la Ville de Deux-Montagnes, la maturité de son territoire et des défis de nature environnementale viennent teinter son développement.

À Sainte-Marthe-sur-le-Lac, une forte partie de la croissance est attribuable aux projets de construction et de rénovation résidentielles. À preuve, en 2010, sur les 1 037 permis émis, seulement trois concernaient des bâtiments commerciaux. Et pour 2011, le directeur du Service de l’urbanisme, Dominique Lirette, précise qu’il n’a pas, pour le moment, de projets attachés.

Le développement résidentiel suit son cours et s’accentue en territoire marthelacquois. Après une année 2007 où la Ville a émis 1 193 permis pour une valeur totale de 68,23 millions de dollars, 2008 et 2009 ont été des années à la baisse, avec respectivement 1 171 permis pour une valeur de 52,36 millions et 1 190 permis pour une valeur de 40,51 millions de dollars. La récession qui a frappé l’Amérique du Nord n’est certainement pas étrangère à cette baisse de régime. Par contre, la croissance est de retour en 2010, avec des valeurs de construction s’établissant à 55,32 millions de dollars. «Pour les maisons unifamiliales, 179 propriétés ont été construites en 2009, et 233 en 2010», note M. Lirette. Pour le futur, la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac est en cours de planification pour le développement de son secteur nord-ouest.

À Mirabel, si le développement commercial a été tranquille, hormis la construction des concessionnaires automobiles Mercedes et Mitsubishi en bordure de l’autoroute 15, l’année 2010 a été marquée par le projet de construction de 50 millions de dollars de Pratt & Whitney en bordure de la piste numéro 2 de l’aéroport. Sur le plan résidentiel, la Ville prévoit beaucoup de développement dans le Domaine Vert-Nord et Vert-Sud, de même que dans Saint-Janvier Est, les promoteurs ayant obtenu leur certificat d’autorisation.

Enfin, la Ville de Deux-Montagnes a, pour sa part, d’autres défis à relever. Tout d’abord, les terrains encore disponibles sont peu nombreux. Par exemple, l’émission totale de permis de construction pour 2010 a été d’une valeur un peu moindre que 5,5 millions de dollars, les constructions de nouvelles habitations s’élevant à une valeur de 3 millions.

Autre réalité à prendre en considération: la capacité des installations d’eaux usées de la Ville de Deux-Montagnes fait en sorte que le gouvernement du Québec a imposé un moratoire qui empêche toute construction de rue. Le maire Lauzon estime qu’il sera levé cette année en fonction des solutions qui seront apportées au cours des prochains mois. «Quelques projets datent de plusieurs années», dit-il.

Entre autres, il mentionne la vingtaine de maisons sur la 7e Avenue et le développement d’une dizaine d’autres derrière le Cinéma Guzzo. Si 2011 s’avère plus modeste, le maire Lauzon estime qu’il faut voir le développement «sur un horizon de cinq ans».

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top