- PUBLICITÉ -
Donner au suivant, mais où?

(Photo Michel Chartrand) - La paroisse Sainte-Marie-du-Lac s’est munie d’une boîte de dons à l’arrière de l’église Saint-Agapit, à Deux-Montagnes.

Donner au suivant, mais où?

Les paroisses versus les boîtes de dons

S’ils trouvent preneur, les vêtements et autres articles donnés prolongeront leur vie utile et profiteront à des gens dans le besoin.

La coordonnatrice de la paroisse Sainte-Marie-du-Lac, Manon Lambert, indique que la paroisse s’est munie d’une boîte de dons à l’arrière de l’église Saint-Agapit, à Deux-Montagnes. Il est également possible d’aller porter ses dons à l’église Sainte-Marthe, de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, et l’église Marie-Médiatrice, de Pointe-Calumet. «L’argent amassé sert à subvenir aux besoins de l’aide alimentaire, soit pour le comptoir alimentaire de la paroisse, soit pour la distribution de bons alimentaires qui peuvent être échangés auprès des épiciers», mentionne-t-elle. Les articles sont vendus à prix modiques au bazar de Sainte-Marthe, à l’Ouvroir de Pointe-Calumet et au Comptoir vestimentaire de Deux-Montagnes.

La paroisse Saint-Eustache envisage également de mettre en place une série de boîtes de dons sur son territoire, mais cette option ne sera pas réalisée avant 2012. «C’est un projet que nous avons», confirme Geneviève Pineault, responsable de la pastorale sociale. En attendant, il est possible d’aller porter ses articles à donner, en tout temps, à la chute située à l’entrée de la salle Raymond, sur le coté de l’église Saint-Eustache, rue Saint-Louis.

Les revenus de la vente des dons sont versés à la pastorale sociale afin de venir en aide aux familles et personnes démunies du territoire qu’elle dessert (dépannage, accueil inconditionnel, distribution alimentaire, information et ainsi de suite). Chaque semaine, une cinquantaine de services de dépannage sont offerts. Plus de 2 000 personnes ou familles en bénéficient.

Les articles sont vendus majoritairement aux Trouvailles d’Eustache, mais également à l’Ouvroir communautaire «Grande-Côte».

Les boîtes de dons de la Fondation québécoise de la déficience intellectuelle (FQDI) et de Renaissance sont une autre façon de donner bien que celles-ci ne profitent pas nécessairement aux défavorisés du territoire (voir autre texte). L’air de rien, la FQDI recueille pas moins de 6 000 tonnes de marchandises chaque année à travers le Québec par ses boîtes de dons et son service de collecte gratuit à domicile.

Quelques endroits où acheter vêtements et articles divers

• Bazar de Sainte-Marthe, le 3e jeudi, de 11 h à 17 h, et le 3e vendredi du mois, de 9 h à 11 h, au sous-sol de l’église Sainte-Marthe.

• Ouvroir de Pointe-Calumet, les lundi et mercredi, de 13 h à 15 h, et le 2e samedi du mois, de midi à 16 h, à l’arrière de l’église Marie-Médiatrice.

@font-face { font-family: « Times New Roman »; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; font-family: « Times New Roman »; }table.MsoNormalTable { font-size: 10pt; font-family: « Times New Roman »; }div.Section1 { page: Section1; }

• Comptoir vestimentaire, tous les mardis soirs, de 19 h à 20 h 30, à l’église Saint-Agapit, de Deux-Montagnes

• Les Trouvailles d’Eustache, du lundi au vendredi (sauf le mercredi), de 13 h à 16 h, et le mercredi, à l’église Saint-Eustache

• L’Ouvroir communautaire «Grande-Côte», le mercredi, de 8 h 30 à 16 h, au Centre communautaire Christ-Roi.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Porte ouverte

Section concours



- PUBLICITÉ -
Top