- PUBLICITÉ -
Deux-Montagnes: les trois conseillers municipaux de l'opposition répliquent

Le conseiller municipal James McAllister.

Deux-Montagnes: les trois conseillers municipaux de l’opposition répliquent

Participation à la gestion municipale

Les trois conseillers municipaux de l’opposition à Deux-Montagnes, par la voix de l’un d’eux, James McAllister, ont réagi aux propos des conseillers Tom Whitton et Mario St-Charles qui les ont récemment accusés de ne pas participer à la gestion municipale et de profiter du contexte actuel pour mettre la table en prévision des élections municipales de novembre 2013.

M. McAllister a d’abord voulu remettre en contexte les commentaires de l’opposition relativement à la vérification effectuée à l’hôtel de ville par le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation, au cours des dernières semaines. «On n’accuse personne et s’il n’y a pas de problème, tant mieux, je suis content», a-t-il nuancé.

D’autre part, concernant le rôle des trois conseillers au sein du conseil municipal actuel, M. McAllister avance qu’il n’est pas toujours facile pour eux de se positionner par rapport aux dossiers en cours en raison du manque d’information. «C’est dur pour nous parce que nous prenons part à un seul caucus par mois, contrairement à l’équipe Lauzon qui se réunit tous les lundis», pointe-t-il. Sans compter, ajoute-t-il, que les documents ne leur sont acheminés que deux jours avant le caucus, ce qui leur laisse peu de temps pour en prendre connaissance.

Quant aux élections municipales de novembre 2013, M. McAllister reconnaît son intérêt pour la chose et, à ce stade-ci, irait même jusqu’à considérer se porter candidat au poste de maire. «Je n’aime pas comment la Ville est gérée en ce moment. Pour l’instant, je regarde mes options. Devenir maire en est une», a-t-il avancé. McAllister se garde tout de même une porte ouverte, alors que d’autres rumeurs laissent entendre que l’ex-conseiller municipal Denis Joannette et Denis Martin seraient aussi intéressés par la mairie de Deux-Montagnes. «Peut-être que j’irai avec l’un d’eux aussi», laisse-t-il tomber.

Plan d’urbanisme

En ce qui a trait au plan d’urbanisme révisé adopté à la majorité lors de la dernière séance du conseil municipal, les trois conseillers McAllister, Bouvrette et Chayer ayant enregistré leur dissidence, M. McAllister se questionne sur l’urgence d’agir maintenant alors que la MRC de Deux-Montagnes dispose de plus d’un an encore avant de déposer son plan. Sans compter, déplore-t-il, qu’aucune des modifications proposées par l’opposition n’a été retenue pour la version finale du plan.

Enfin, McAllister réfute les récentes affirmations du conseiller Mario St-Charles à l’effet que les trois conseillers de l’opposition «sont très peu présents dans les réunions de travail où les dossiers de fond sont débattus».

Faux et ridicule, rétorque-t-il. «Tous les jours, je réponds à des citoyens et je retourne mes appels régulièrement», réplique-t-il. M. McAllister reconnaît toutefois qu’il n’est pas toujours facile d’assister aux réunions, en raison de son emploi à temps plein, mais que cela n’empêche en rien son implication. «Quand je suis absent, je fais le suivi et je communique à chaque fois avec les directeurs de la Ville pour prendre connaissance du contenu de la réunion», insiste-t-il en terminant.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top