- PUBLICITÉ -
Des engagements de Denise Beaudoin pour les Centres de la petite enfance

Johanne Desjardins, du CPE Bedondaine. Christine Brunet, du Colibris, et Suzanne Guervert, du Petit Équipage, posent en compagnie de la candidate péquiste de Mirabel, Denise Beaudoin.

Des engagements de Denise Beaudoin pour les Centres de la petite enfance

Candidate péquiste dans Mirabel

La candidate du Parti québécois dans la circonscription électorale de Mirabel, Denise Beaudoin, a profité de la troisième semaine de campagne électorale pour présenter ses engagements en matière de famille et de service de garde. Réunie dans les locaux du Centre de la petite enfance Bedondaine de Saint-Augustin, la candidate péquiste était accompagnée des directrices des trois principaux CPE de Mirabel.

«À Mirabel, on n’a pas un problème de décroissance. Nous vivons plutôt une croissance au niveau de la population et industrielle», a mentionné d’entrée de jeu Denise Beaudoin. Selon Mme Beaudoin, l’arrivée de nouvelles familles à Mirabel a fait en sorte d’augmenter la demande de places dans les Centres de la petite enfance sur l’ensemble du territoire. Toutefois, il semble que l’offre de service n’a pas suivi la croissance de la municipalité.
«Le gouvernement libéral a priorisé les Hautes-Laurentides pour augmenter le nombre de places dans les Centres de la petite enfance. Toutefois, c’est à Mirabel que la plus grosse croissance des Laurentides s’est passée», a mentionné Mme Beaudoin, visiblement préoccupée par cette situation.

Selon Mme Beaudoin, pour aider et améliorer les services de garde, il va falloir que le gouvernement s’engage à revoir certaines règles de fonctionnement. Pour ce faire, la candidate péquiste propose d’adoucir les règles imposées par le ministère à l’ensemble des Centres de la petite enfance.
«Chaque CPE a une clientèle différente. Ils doivent, pour répondre aux besoins de la clientèle, assouplir leurs horaires. Il va falloir adapter ça», a expliqué Mme Beaudoin, donnant comme exemple le cas du Centre de la petite enfance qui accueille les enfants des employés de l’entreprise Bombardier aéronautique.
«Il faut des horaires flexibles. Malheureusement, les Centres de la petite enfance doivent se conformer à des règles universelles qui ne correspondent pas aux demandes de la clientèle», a expliqué la candidate. Dans le même sens, la candidate a dénoncé la lourde bureaucratique dont sont victimes les dirigeants des CPE.

Pour continuer à attirer encore plus d’entreprises d’envergure dans le parc industriel de Mirabel, la candidate péquiste a rappelé la demande des compagnies. Selon Mme Beaudoin, «les gens veulent un Centre de la petite enfance près de leur milieu de travail».

Au total, selon les directrices des Centres de la petite enfance de Mirabel, seulement 304 places sont disponibles pour les enfants de Mirabel. Un nombre de places insuffisant, selon Johanne Desjardins, directrice du CPE Bedondaine. «Il y a une grande demande pour des places dans Mirabel. Les familles sont nombreuses et sont fâchées de constater qu’il n’est pas possible d’accueillir l’ensemble des enfants», dit-elle, précisant qu’il arrive parfois que les enfants d’une même famille sont dispersés dans divers CPE du territoire et garderies privées.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top