- PUBLICITÉ -
Denise Beaudoin: «On ne veut pas revenir en arrière»

(Photo Michel Chartrand) - La candidate péquiste, Denise Beaudoin, a tenu son dernier point de presse de la campagne électorale, à l’Imprimerie des Pins, à Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

Denise Beaudoin: «On ne veut pas revenir en arrière»

Candidate péquiste dans Mirabel

Pour la dernière semaine de campagne électorale, la candidate du Parti québécois dans Mirabel, Denise Beaudoin, a décidé de dresser le bilan des engagements de son parti. Dans le même sens, Mme Beaudoin a lancé des attaques en règle contre ses principaux adversaires.

Première critique, la péquiste a débuté son point de presse avec la légitimité de la tenue de la campagne électorale. «J’ai fait un petit calcul. Sur les 85 millions, si vous divisez ça en 125 comtés, ça représente 680 000 $ qui auraient pu être envoyés dans les différents comtés pour les petites et moyennes entreprises ou les groupes communautaires», a dénoncé Mme Beaudoin.

Au niveau de son adversaire adéquiste, Mme Beaudoin a critiqué les engagements de l’Action démocratique du Québec à l’égard de l’économie. «On sait déjà que l’ADQ est le parti d’un seul homme. Celui de Mario Dumont, tout simplement. Ce que l’ADQ propose est uniquement de privatiser l’économie et les organismes publics», a rappelé Mme Beaudoin.
«Rappelez-vous que c’est l’ADQ qui a proposé de privatiser une partie d’Hydro-Québec. C’est également les adéquistes qui proposent d’abolir les commissions scolaires et de privatiser le système de santé, a poursuivi Mme Beaudoin. On ne veut pas revenir en arrière. Nous avons, comme gouvernement, des actions à poser pour les citoyens du Québec.»

Concernant son adversaire libéral, la candidate a rappelé le bilan du gouvernement dans le dossier du CHUM et de l’îlot voyageur. «Des fromagers paient encore le prix de sa gestion-catastrophe, improvisée et strictement électoraliste, comme dans bien d’autres dossiers de son gouvernement», a décrié Mme Beaudoin.

Au chapitre de ses engagements, Mme Beaudoin a rappelé que sa formation a l’intention d’investir pour la création de 38 000 nouvelles places en Centre de la petite enfance sur l’ensemble du territoire, investir massivement dans le transport en commun. «Je veux travailler pour les gens de ma circonscription. J’ai travaillé pendant quatre ans pour les gens de Mirabel et j’ai l’expérience», dit-elle.

Au niveau local, elle s’est engagée à bonifier la zone internationale à l’aéroport de Mirabel, aider le secteur manufacturier à passer à travers la crise économique et d’aller chercher de nouvelle places en service de garde. «L’agrotourisme est un secteur en plein développement chez nous. Et cela est dû en large part à l’initiative de nos producteurs qui investissent dans la promotion de la diversité et la qualité des produits qu’ils mettent en marché. Je prendrai toutes les mesures pour les appuyer concrètement dans leurs démarches», a conclu Mme Beaudoin.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top