- PUBLICITÉ -
Sylvie D Amours Declaration De Candidature

La députée sortante de la circonscription provinciale de Mirabel, Sylvie D’Amours.

Dans Mirabel: Sylvie D’Amours dépose sa déclaration de candidature

Les élections provinciales ayant débuté officiellement le jeudi 23 août dernier, la députée sortante de Mirabel, Sylvie D’Amours, ne s’est pas fait attendre en remettant sa déclaration de candidature dès les premiers jours de la campagne.

Élue pour un premier mandat en 2014, celle qui sollicitera donc un second mandat à l’Assemblée nationale, le 1er octobre prochain, continuera de porter fièrement les couleurs de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans Mirabel.

«Je crois que le dépôt de ma déclaration est un geste symbolique fort lorsqu’on se porte candidat dans une élection. C’est maintenant la troisième fois que je le fais et les papillons sont toujours présents», de mentionner, dans un communiqué de presse, celle qui est derrière son chef, François Legault, depuis la création de la CAQ.

«Durant la campagne, je continuerai d’aller au-devant des citoyens et je redoublerai d’ardeur pour pousser Mirabel à atteindre son plein potentiel. Que l’on parle de la priorité sur l’éducation en misant sur la prématernelle 4 ans, de l’appui envers nos agriculteurs par l’instauration d’un fond de 50 millions pour y augmenter les investissements privés ou du prolongement de l’autoroute 13 pour atténuer la congestion routière et aider au développement de la région, je suis convaincue que la circonscription de Mirabel sera mieux comprise sous un gouvernement de la CAQ», croit la députée sortante.

Exercer un plus grand leadership

Cette dernière se dit surtout persuadée que les citoyens de la région sont prêts à ce que Mirabel exerce un plus grand leadership au provincial, elle qui rappelle avoir, en quatre ans et demi, sillonné la circonscription à la rencontre des gens, participé à plus de 2 000 événements, organisé cinq consultations publiques, sans compter toutes ses interventions à l’Assemblée nationale.

«Il est temps, ensemble, de se donner un gouvernement fort pour les Basses-Laurentides, et cela commence par Mirabel», de conclure Sylvie D’Amours.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top