- PUBLICITÉ -
Connaître la réalité et la vision du tourisme

(Photo Michel Chartrand) - Michel Constantin, France Bélanger, Pierre Mayer et Marie-Claude Granger ont participé à l’organisation de cette journée d’échanges.

Connaître la réalité et la vision du tourisme

Office touristique des Basses-Laurentides

L’Office touristique des Basses-Laurentides (OTBL) a tenu une journée de réflexion sur le tourisme dans les Basses-Laurentides afin de connaître la réalité et la vision du tourisme des acteurs principaux de la région.

L’activité a eu lieu à la Cabane à sucre Constantin, le 20 novembre dernier. Le président du CLD de la MRC de Deux-Montagnes (dirigeant l’OTBL), Yvan Patry, a souligné dans son allocution que la journée portait sur le tourisme dans les Basses-Laurentides et non seulement de l’OTBL. «L’OTBL veut vous entendre parler de la dynamique de notre région, des stratégies que l’on devrait se donner pour se distinguer, des forces sur lesquelles nous devrions capitaliser pour nous démarquer», a-t-il déclaré.

Les participants étaient donc invités à se donner une «stratégie concertée d’accueil, de promotion et de développement». En matinée, les participants ont échangé sur l’accueil réservé aux visiteurs des Basses-Laurentides. Le nom de l’organisme, la localisation du kiosque de l’OTBL et la qualité de la signalisation qui mène à celui-ci ont été soulevés.

Lors du deuxième volet de la journée, les participants ont affirmé de concert qu’ils aimeraient que les diverses chambres de commerce et d’industrie du territoire s’engagent davantage dans le tourisme. Fait à souligner, elles avaient toutes été invitées à participer à la journée de réflexion, mais aucune d’entre elles n’était présente.

Pour le volet promotion, il a été convenu à l’unanimité que les divers organismes devaient travailler en concertation pour faire valoir les différentes activités. Pensons à l’OTBL, Pommes en fête, la Société d’agriculture Mirabel–Deux-Montagnes.

Le président de l’OTBL, Pierre Mayer, a convenu que cette approche permettrait des attaques plus ciblées.

Selon la commissaire au développement économique volet tourisme au CLD de la MRC de Deux-Montagnes, Marie-Claude Granger, cette activité a permis de confirmer que les Basses-Laurentides se caractérisent d’abord et avant tout par l’agrotourisme, mais que la culture et le plein air ne doivent pas être abandonnés pour autant.

Par ailleurs, le projet d’une route thématique, qui permettrait aux visiteurs de se rendre à divers endroits agrotouristiques par un chemin bucolique, sur le point de se concrétiser dans les Basses-Laurentides, devrait s’élargir à travers toute la région. Cette route vise à mettre en valeur la région tout en promouvant l’agrotourisme et les produits du terroir. Le choix du nom jusqu’à présent sélectionné, Route du terroir, a été remis en question par Daniel Lalande, du Vignoble de la Rivière du Chêne, compte tenu de la signification péjorative que peut avoir le mot «terroir».
«Ç’a permis de réunir des gens intéressants parce qu’ils sont tous des entrepreneurs chevronnés. Ç’a permis un débat d’idées», a reconnu M. Mayer.
«La journée a été constructive. C’est stimulant. Ça vient chercher le pouls de ceux qui ont vraiment des attraits touristiques dans la région», a conclu Mme Granger, convenant que c’était un son de cloche des acteurs du tourisme dans la région.

Mais comme l’a dit M. Patry en début de journée, l’exercice visait à faire entendre des idées. «Je ne vous promets pas que l’OTBL puisse réaliser toutes vos attentes, mais on se promet de les entendre et de tout faire pour que cet exercice nous amène à grandir et à diriger la parade au lieu de la suivre.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top