- PUBLICITÉ -
Collège Lionel-Groulx: Chaîne humaine pour dénoncer l’austérité du gouvernement Couillard

Dans le cadre de la Semaine nationale d’actions contre l’austérité organisée par la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics

Collège Lionel-Groulx: Chaîne humaine pour dénoncer l’austérité du gouvernement Couillard

Ils étaient nombreux à avoir bravé le froid, le 24 février dernier, la semaine dernière aux abords du Collège Lionel-Groulx afin de dénoncer les mesures d'austérité du gouvernement de Philippe Couillard dans le cadre de la Semaine nationale d’actions contre l’austérité organisée par la Coalition. Plusieurs partenaires du monde syndical ont pris part à une importante chaîne humaine en réponse à ces coupes gouvernementales qui frôlent désormais le point de rupture.

«Non seulement l’austérité attaque la population en imposant des tarifs tous azimuts, mais elle diminue l’aide sociale, les fonds de pension sont altérés, les services pour personnes en difficulté, et la liste est longue. Le monde au complet est remis en question», a martelé Michel Milot, président du Syndicat des employées et employés du Collège Lionel-Groulx.

Dénonçant, entre autres, la fin de l’universalité des services de garde et la hausse des tarifs, les coupes en santé et en services sociaux, l’éducation, les représentants des diverses organisations syndicales ont pris la parole tour à tour pour dénoncer cette transformation que le gouvernement est en train d’appliquer.

«Depuis plusieurs années, le gouvernement entreprend des mesures de type centralisé en ne tenant pas compte des réalités de chacune de nos institutions, cette façon de faire fragilise notre institution et ouvre la porte à la sous-traitance qui coûte beaucoup plus cher, a mentionné pour sa part, Yvan Guillemette, président du Syndicat des employés de soutien au collège. Depuis plus d’une décennie, il néglige les services publics. Faut-il attendre que cela s’effondre pour qu’il réagisse?»

Les plus touchées: les femmes

Les secteurs touchés par l’austérité seraient principalement occupés par 75 % des femmes selon la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics.

«L’austérité accentue l’inégalité et s’en prend aux plus démunis. Cela ne permet pas de relancer l’économie. En coupant en santé et en services sociaux, vous allez toucher directement les services en les diminuant, en allongeant des listes d’attente, en augmentant la charge de travail. Les femmes seront touchées par ses mesures avec l’augmentation des frais de garde. Tout cela détériore les conditions de travail», a déclaré Karine Lehoux, présidente par intérim du Syndicat des employés‑es du CSSS de St‑Jérôme.

Quant à Antoine Charbonneau, délégué syndical pour le Syndicat du personnel professionnel, il a conclu que le renouvellement du contrat de travail s’insérait dans un contexte difficile.

«On lutte pour conserver les conditions d’exercice de notre travail et préserver les services. Ensemble, combattons l’austérité.»

 

«prof en nego.jpg», dans TEXT: Photos Claude Desjardins

b.v.

Dans le cadre de la Semaine nationale d’actions contre l’austérité organisée par la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, plusieurs actions ont été organisées par le Collège Lionel-Groulx, dont une chaîne humaine en réponse aux coupes gouvernementales.

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top