- PUBLICITÉ -
Chantier à l’église patrimoniale de Saint-Eustache

(Photo Michel Chartrand) - Sur le chantier de construction, nous reconnaissons Nycole Pepper, coordonnatrice de la paroisse, André Sabourin, intendant de la paroisse pour les travaux, Jean-Guy Mathers, donateur et Michel Forget, prêtre modérateur.

Chantier à l’église patrimoniale de Saint-Eustache

Jusqu’à la fin du mois d’avril

En novembre dernier, la paroisse Saint-Eustache annonçait que, grâce à une subvention du gouvernement provincial, un prêt sans intérêt accordé par la Ville de Saint-Eustache et un don de 50 000 $ par année pendant cinq ans du Groupe Mathers, la paroisse pouvait maintenant envisager les travaux urgents de restauration des deux jubés de l’église patrimoniale.

«La Fabrique voit à l’entretien du bâtiment. Mais pour ce genre de travaux, c’est certain qu’il nous fallait attendre de pouvoir compter sur l’appui financier de nos partenaires», soulignait Nycole Pepper, coordonnatrice de la paroisse. Rappelons que selon les plans originaux, les travaux effectués sont estimés à quelque 600 000 $.

En janvier, un appel d’offres publics a été fait par DFS architecture, la firme coordonnatrice du projet, au terme duquel Maçonnerie Rainville et Frères a été retenue, parmi la quinzaine de soumissions reçues, permettant ainsi le début des travaux. Débutés le 14 février dernier, ces travaux devraient s’échelonner sur une période de 12 semaines. «Nous espérons que tout sera terminé à temps pour la Semaine Sainte», indiquait Mme Pepper. C’est-à-dire, la semaine du 18 avril.

Notez que pendant les travaux, l’église ne sera pas accessible sur semaine. La chapelle et les autres lieux de culte seront utilisés pour les funérailles ou autres activités. L’église demeure cependant disponible les soirs et fins de semaine.

Rappelons en terminant que, selon le carnet de santé de l’église, des travaux de l’ordre de 1,5 million de dollars sont requis pour sa restauration. Les travaux plus urgents seront priorisés, selon les sommes disponibles. À l’heure actuelle, un plan d’action pour assurer une certaine pérennité de la bâtisse est en cours d’élaboration.

«C’est tout un processus. Pour nous aider, nous sommes en train de réfléchir à la mise sur pied d’une fondation ou d’un organisme qui verrait à la préservation historique et patrimoniale de l’église», terminait Mme Pepper.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top