- PUBLICITÉ -

Le caucus des Laurentides de la CAQ dresse son bilan

L’Assemblée nationale ayant pris sa pause estivale, c’est l’heure des bilans pour les députés des Laurentides de la Coalition Avenir Québec (CAQ). Or, les derniers mois ont été très occupés pour les trois députés qui ont talonné le gouvernement par leur travail acharné pour les familles du Québec.

« La force de la CAQ se résume à travailler de façon soutenue et rigoureuse les dossiers qui concernent directement le quotidien des citoyens des Laurentides. Lorsque nous faisons face à un gouvernement libéral usé par 15 années de pouvoir, la seule réponse à donner est celle de la CAQ soit d’être une opposition efficace, le cœur à la bonne place et à l’écoute des préoccupations des gens sur le terrain. » a mentionné le responsable des Laurentides et député de Deux-Montagnes, M. Benoit Charrette.

Plusieurs sujets ont occupé les députés durant les derniers mois.

En effet, la députée de Mirabel et porte-parole pour les familles du Québec au sein de la CAQ, Mme Sylvie D’Amours, a vertement dénoncé le gouvernement lorsqu’elle a appris que 126 millions avaient été pigés dans les poches des familles utilisant les services de garderie : « La modulation des tarifs de garderie n’a été qu’un moyen d’aller en chercher davantage dans les poches des parents du Québec alors que les libéraux avaient promis en période électorale de se limiter à l’indexation. Si j’étais ministre de la Famille, je me ferais porte-parole des familles du Québec au conseil des ministres et je lutterais sans relâche pour représenter leur réalité dans les décisions du gouvernement. Visiblement, le ministre libéral, Sébastien Proulx, a complètement oublié d’exercer ce rôle. »

Pour Mme D’Amours, la CAQ a rappelé l’importance des familles tout au long de la session parlementaire et elle assure qu’ils en feront de même jusqu’au déclenchement des élections.  « Il est temps qu’on remette le citoyen au centre des décisions et pour ce faire, il faut aller les écouter, ce que nous continuerons de faire cet été » ajoute-t-elle.

Dans la même veine, le député de Blainville, M. Mario Laframboise, dénonce l’abolition de l’affichage obligatoire des avis publics dans les journaux locaux. En effet, le ministre Coiteux avec son projet de loi 122 a décidé que les avis de changement de zonage ne seront plus obligatoirement publiés dans un journal local. « Les citoyens devront donc aller chercher l’information eux-mêmes sur les sites internet des villes et des municipalités avec la complexité de ceux-ci et parfois la non-disponibilité d’accès à internet. Le fardeau de l’information est ainsi transféré sur le dos de la population.À la CAQ, nous pensons que les villes doivent fournir l’information aux citoyens. En effet, le plus haut taux de pénétration de l’information dans les familles est encore un journal local. La Coalition Avenir Québec est un grand défenseur de l’autonomie municipale dans le respect et dans l’intérêt des concitoyens du Québec » a déclaré le député de Blainville, M. Mario Laframboise.

Pour le député de Deux-Montagnes, M. Benoit Charette, les libéraux tardent dans plusieurs dossiers et il s’est assuré d’augmenter la pression dans les dernières semaines : « L’équipe de la Coalition Avenir Québec dans les Basses-Laurentides a démontré sa détermination dans l’ouverture du Centre de cancérologie Alain-Germain, à côté de l’Hôpital Saint-Eustache. Nous avons constamment talonné le gouvernement pour que nos concitoyennes et concitoyens atteints de cette maladie n’aient plus à se déplacer dans les bouchons de circulation pour suivre leurs traitements.  Hélas, le déséquilibre des ressources, tant en éducation qu’en santé, nous fait mal dans la région. Nous allons maintenir la pression pour que tous aient droit à des services équitables. Les libéraux et les péquistes vont en payer le prix électoral en 2018 parce que le vent du changement se lève ».

En ce qui concerne la pause estivale, les députés ne prendront que quelques jours de vacances puisqu’ils désirent consacrer l’essentiel de leur été à parcourir le terrain de leur circonscription et aller à la rencontre des citoyens.

Plusieurs évènements sont déjà à l’agenda et il est possible de les suivre à travers leur page Facebook respective.

 

 

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top