- PUBLICITÉ -
Benoit Charette souhaite que les électeurs votent en grand nombre

(Photo Michel Chartrand) - Le candidat du PQ dans Deux-Montagnes, Benoit Charette, accompagné ici de Marcelle Giroux, responsable de l’agenda de la présente campagne, estime que le plus gros défi sera de faire sortir le vote.

Benoit Charette souhaite que les électeurs votent en grand nombre

Candidat péquiste dans Deux-Montagnes

Le candidat du Parti québécois dans la circonscription électorale de Deux-Montagnes, Benoit Charette, est très content du travail qu’il a mené en compagnie de ses militants lors de la campagne électorale qui vient à échéance le lundi 8 décembre, mais il estime que le plus gros défi à relever sera de faire sortir le vote.

«Ça m’inquiète, car beaucoup de personnes nous transmettent leur dégoût à l’égard du gouvernement Charest parce qu’il a provoqué inutilement des élections. En signe de protestation, les gens nous disent qu’ils ne veulent pas aller voter», indique Benoit Charette lors de son dernier point de presse de la campagne.
«En plus, dit-il, ce qui se passe présentement à Ottawa ne nous aide pas. Le cynisme de la population est palpable à l’égard de la classe politique, surtout quand des chefs comme Stephen Harper et Jean Charest manipulent honteusement le calendrier électoral pour se maintenir au pouvoir. Les élections fédérales ont coûté plus de 300 millions de dollars alors que celle du Québec en coûteront 83 millions.»

Le candidat péquiste ajoute: «Il faut sanctionner sévèrement Jean Charest qui s’est inventé un prétexte pour nous lancer en élections, abandonnant ses responsabilités pendant plus de deux mois en pleine crise économique. Je comprends la réaction de ceux qui veulent bouder le scrutin, mais je leur dis que ce n’est pas la bonne façon d’exprimer son mécontentement.»

Benoit Charette insiste pour dire que le sujet de la votation revenait très souvent au cours de sa campagne. «J’ai rencontré nombre d’organismes communautaires, d’élus, d’entrepreneurs, mais aussi des familles et des aînés. Je vous assure qu’il s’en trouve très peu pour partager le jovialisme de Jean Charest face au bilan libéral. Raison de plus pour aller voter lundi prochain. Rien ne sert de maugréer devant son téléviseur, il faut exprimer son droit de vote.»

Ainsi, pour faire sortir le vote, Benoit Charette comptera sur un contingent de 300 bénévoles dirigés par Nicole Steben, une organisatrice chevronnée qui compte plusieurs campagnes électorales à son actif. La même équipe a d’ailleurs fait élire le député bloquiste Luc Desnoyers, le 14 octobre dernier.

Benoit Charette en a profité pour lancer un appel aux électeurs tentés de voter pour le Parti vert ou encore Québec solidaire. «Appuyez le seul parti capable de réaliser un Québec souverain et qui adhère pleinement aux principes du développement durable et de la protection de l’environnement. Ne diluez pas votre vote au profit de Jean Charest.»

Selon le candidat péquiste, la population a la chance de poser un geste historique pour le Québec. «Je le répète depuis le premier jour de la campagne. Comme les Américains, nous avons l’occasion de marquer une page d’histoire en Amérique du Nord en élisant la première femme comme chef d’une nation reconnue.»
«De plus, ajoute-t-il, ce n’est pas seulement parce qu’elle est une femme, Pauline Marois a l’expérience et la compétence pour occuper la fonction de première ministre. Il est temps de retrouver le goût de rêver à ces grands projets auxquels nous ont conviés les gouvernements du Parti québécois qui se sont succédé. Nous pourrions assurer notre marche vers notre destinée, celle d’un Québec souverain.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top