- PUBLICITÉ -
Augmentation de 11 % de la cueillette de denrées

Photo Michel Chartrand - La directrice du Comité d’aide alimentaire des Patriotes (CAAP), Louise St-Laurent, en compagnie de Nathalie Paiement et Claudette Leblanc.

Augmentation de 11 % de la cueillette de denrées

Comité d’aide alimentaire des Patriotes

Le souhait de tout un chacun serait bien évidemment que les organismes qui luttent contre la pauvreté n’aient plus leur raison d’être. Cela laisserait sous-entendre une diminution drastique de gens dans le besoin. Le Comité d’aide alimentaire des Patriotes (CAAP), qui regroupe une quinzaine d’organismes œuvrant dans ce domaine, a permis à 1 409 personnes (909 adultes et 500 enfants) en 2010 de se nourrir adéquatement: il n’est donc pas prêt de fermer ses portes.

Organisme autonome depuis 1997, le CAAP vise, par le biais des comités et organismes de dépannage, à apporter une aide alimentaire aux personnes en situation de pauvreté par la cueillette, la transformation et la distribution de nourriture ainsi qu’à fournir à des personnes à faible revenu et à de jeunes décrocheurs un plateau de travail favorisant leur intégration sociale. Il tenait, le 28 avril dernier, sa 15e assemblée générale annuelle.

Du total des personnes aidées par le CAAP en 2010, 46 % étaient des gens seuls, 13 % des familles monoparentales avec un ou deux enfants, 13 % des couples sans enfant, 11 % des couples avec un ou deux enfants, 7 % des parents avec des enfants de 18 ans et plus, 5 % des familles monoparentales avec trois enfants et plus et 5 % des couples avec trois enfants et plus.

Selon la directrice du CAAP, Louise St-Laurent, la pauvreté est de plus en plus liée aux problèmes de santé physique et mentale. La majorité des personnes aidées, soit 63 %, bénéficient de la Sécurité du revenu, 14 % ont des emplois à faible revenu, 8 % ont des revenus d’invalidité ou des pensions de vieillesse, 6 % sont des étudiants, 5 % n’ont aucun revenu, 3 % ont des revenus d’assurance emploi et 1 % ont des revenus de CSST. C’est grâce à une augmentation de 11 % de la cueillette de denrées alimentaires auprès des marchands et des producteurs agricoles que le CAAP a été en mesure d’apporter un appui alimentaire à ces individus.

«Avec la crise économique actuelle, des personnes perdent leur emploi ou subissent une diminution de leurs heures de travail. Cette baisse importante de revenu constitue un appauvrissement important et plusieurs se retrouvent, souvent sans le savoir, sous le seuil de faible revenu et auront besoin d’aide alimentaire», a indiqué Mme St-Laurent.

Grâce à des programmes d’emploi et du bénévolat, 90 personnes ont effectué plus de 22 000 heures de travail en 2010 au sein du CAAP. Une rencontre a lieu, une ou deux fois par mois, avec les participants du programme Interagir et les autres personnes du CAAP qui en ont besoin, entre autres, afin qu’ils puissent se fixer des objectifs réalistes et progressifs, se donner des moyens pour les atteindre et avancer dans leur cheminement jusqu’à une intégration sociale réussie. Des sorties de groupe dont, entre autres, une visite au Centre de la nature de Laval et un party de Noël sont des occasions pour les participants de développer leurs aptitudes sociales.

Chaque semaine, l’équipe du CAAP comptabilise la cueillette de denrées, transforme celles-ci et les distribue. Elle enregistre les présences et les heures du personnel et compile les statistiques de chaque comptoir alimentaire. Elle voit à la tenue de livres et la comptabilité. Les dépenses de l’organisme se sont élevées à 165 671 $ en 2010 et les revenus à 157 337 $.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top