- PUBLICITÉ -
Au Centre Paintball Mirabel: Une première édition du Boot camp Race

Les participants au Boot camp Race ont pu prendre un bain frisquet des le départ de la course puisqu’un bassin de boue constituait le premier obstacle du trajet.

Au Centre Paintball Mirabel: Une première édition du Boot camp Race

Persévérance, fierté, courage et détermination, voilà les valeurs qui animaient les 2 000 courageux, qui ont parcouru les sentiers boueux du Centre Paintball Mirabel, dimanche dernier. Peinture de guerre au visage, ces «soldats de la santé» ont bravé le froid et surmonté une cinquantaine d’obstacles lors de la première édition du Boot camp Race, qui s’étalait sur sept kilomètres.

À l’origine du concept de soldat de la santé, se trouve le Blainvillois Patrick Aubé. Avec son équipe, il organise depuis trois ans des courses à obstacles plus grandes que nature, dont les amateurs de sensations fortes sont friands. Et l’engouement pour ce type d’événement ne semble pas se tarir.

«Cette année, nous en sommes à notre septième course. On est, entre autres, allés à Granby, au Mont-Saint-Anne et à Bathurst. Nous prévoyons d’ailleurs de revenir ici en 2016 en plus d’aller à Toronto», explique ce dernier.

Et les participants en redemandent

Gonflées à bloc, les équipes ont franchi une à une la ligne de départ. Un animateur les présentait toutes, donnant à chacune son moment de gloire, sous le regard des admirateurs venus les encourager. Il y avait même des équipes venues de la Gaspésie et de la Montérégie.

Parmi les supporteurs se trouvait la Mirabelloise Kim Henri, accompagnée de son conjoint et de ses neveux. «Nous avons pris part à la course de Granby cet été, et c’était la première fois que je participais à un tel événement. J’ai apprécié l’expérience en plus du fait qu’il y avait des jeunes comme des moins jeunes participants. Il n’y a pas de jugement ici, mais plutôt du dépassement de soi», explique-t-elle.

Se trouvait également sur place l’équipe des Gangsta de Saint-Eustache, composée de Vanessa Dubois, Caroline Augé et Marie-Christine Dubois. «On est ici pour se dépasser. On trouve aussi intéressant de courir dans un décor militaire où on peut, entre autres, escalader des avions», confie Vanessa Dubois.

Décor de guerre

Un décor qui projetait littéralement les participants dans un film de guerre et dont le propriétaire du Centre Paintball Mirabel, Hugo Bigras, était particulièrement fier. «Plusieurs participants ont émis des commentaires positifs sur le décor qu’ils ont trouvé très réaliste. Cette collaboration avec Boot camp Race est très positive et ça nous permet d’attirer ici une autre clientèle», explique ce dernier.

Bien que trois foulures soient survenues chez les participants, l’événement s’est avéré un succès. Parlez-en à la première femme à avoir franchi le fil d’arrivée, l’Anneplainoise Cloé Gauthier. «Je suis très contente d’être la première femme à avoir terminé le trajet. C’est ma quatrième course à obstacles à vie. On peut dire que j’ai vraiment eu la piqûre pour ce type d’événement. J’ai trouvé super qu’il y ait eu autant d’obstacles à surmonter aujourd’hui», explique-t-elle en un souffle.

Soulignons que ce premier Boot camp Race à Mirabel aura permis d’amasser 6 000 $ qui seront remis aux cadets de l’air de la région (aux escadrons 682 et 806). Les organismes locaux sont d’ailleurs invités à communiquer avec les organisateurs de l’événement pour recevoir les dons de l’édition de l’an prochain.

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top