- PUBLICITÉ -
Aérogare: Mirabel songe à un salon international de l’aéronautique

L'aérogare de Mirabel.

Aérogare: Mirabel songe à un salon international de l’aéronautique

La CMM exhorte ADM de ne pas démolir les installations

L’inquiétude soulevée par le maire de Mirabel, Jean Bouchard, entourant l’éventuelle démolition de l’aérogare a été entendue par la classe politique. La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) vient de lui offrir son appui dans ses démarches visant à empêcher toute décision irrémédiable d’Aéroports de Montréal (ADM).

L’administration Bouchard a en effet appris, lundi, que la CMM avait adopté une résolution le 24 avril dernier demandant à ADM de surseoir à sa décision de démolir l’aérogare. Un appui de taille pour le maire Bouchard. «Là, ce n’est pas juste le maire de Mirabel qui demande de surseoir à la décision, mais aussi les partenaires des 82 municipalités de la CMM», a‑t‑il précisé à l’issue de la séance ordinaire des membres du conseil municipal du 28 avril.

Cette prise de position de la CMM survient près de deux mois après que le maire Bouchard ait lancé un signal d’alarme pour contrer la décision ultime d’ADM. Il affirme que plusieurs discussions ont eu lieu entre lui et les dirigeants d’ADM au cours du dernier mois et que celles‑ci avancent dans la bonne voie.

Dans sa sortie publique en mars, M. Bouchard avait également enjoint les décideurs régionaux à lui proposer des projets permettant l’utilisation de l’espace de l’aérogare.

Bien qu’aucun projet concret n’ait encore retenu l’attention de l’administration municipale, une idée est tout de même ressortie. Une idée d’envergure: un salon international de l’aéronautique.

Selon le maire, si l’idée se concrétisait, Mirabel serait le seul endroit dans toute l’Amérique de Nord à présenter un tel événement, qui deviendrait ainsi le rendez-vous biennal de la sous-traitance en aéronautique. Reste à évaluer la faisabilité. «Nous sommes présentement en discussion avec des organisateurs majeurs au niveau mondial dans ce type d’organisation d’évènements, dont ceux du Salon du Bourget, de Paris», a‑t‑il expliqué, avec lesquels il aimerait bien établir un éventuel partenariat dans la version mirabelloise.

L’immeuble de l’aérogare pourrait donc servir à la tenue de ce salon, puisqu’il dispose d’une superficie intérieure de 500 000 pieds carrés. Le projet nécessiterait une cure de beauté intérieure, ainsi qu’une mise aux normes de ses installations afin que l’immeuble puisse être ouvert au public, a précisé Jean Bouchard, qui aimerait transformer le site en centre de foires, à l’exemple de Drummondville.

ADM évalue la facture des travaux à 20 M$, mais le maire Bouchard croit que les coûts seraient moins élevés, aussi la Ville effectuera sa propre évaluation.

Le maire de Mirabel a affirmé avoir un bon nombre d’appuis dans ses démarches: la Conférence régionale des élus des Laurentides, la Chambre de commerce et d’industrie de Mirabel, Laurentides économique, la Table des préfets de la couronne nord, qui regroupe les cinq MRC avoisinantes.

Il projette également de rencontrer le nouveau ministre de la région de Montréal, Robert Poëti, et le ministre fédéral de l’Agence du développement économique, Denis Lebel, pour en discuter. M. Bouchard a également demandé à la nouvelle députée provinciale de Mirabel, Sylvie D’Amours, de mobiliser toute la députation caquiste de la région sur l’avenir de l’aérogare afin de faire pression auprès du gouvernement Couillard.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top